Le projet de management environnemental d'Airbus

Le 29 novembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
airbus2
airbus2

Airbus a commencé le 1er septembre la mise en oeuvre de son programme Academy portant sur un système de management environnemental intégré. Soutenu financièrement par la Commission européenne au travers du programme Life-environnement, ce projet devrait orienter plusieurs partenaires du consortium aéronautique vers l'intégration de principes écologiques et pourrait avoir un impact réglementaire.

Le programme Life finance cette année 12 programmes français en matière d'environnement. Parmi ceux-ci, la Commission européenne prend en charge la moitié des coûts du projet d'Airbus. La société aéronautique, basée à Toulouse, a en effet été retenue pour le projet Academy, qui a pour objectif de développer un système de management environnemental intégré. D'un coût total de plus de 4,5 millions d'euros sur trois ans, ce projet de management prend en compte l'aspect site, mais aussi le volet produit, conformément aux exigences de la norme Iso 14.001.

Effectué en collaboration avec des organismes comme le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), la Society of British aerospace companies (SBAS) et la Chambre régionale du commerce et de l'industrie (CRCI) de Midi Pyrénées, Academy va bénéficier à la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Espagne et la France. Il s'agit de définir des lignes directrices à mettre en oeuvre dans le secteur de l'aéronautique. Celles-ci seront reprises dans des guides. Des analyses de cycle de vie des produits et des études de sites en particulier de construction et d'assemblage doivent être réalisées. Le secteur de l'aéronautique pourra alors développer les outils appropriés pour mieux prendre en compte les contraintes et améliorer les performances environnementales des produits.

Academy a été divisés en cinq phases, les deux premières concernant les aspects techniques. La CRCI de Midi-Pyrénées doit intervenir sur les trois dernières phases du projet afin de faciliter le transfert des informations vers les petites et moyennes entreprises (PME). "Pour nous, il s'agissait d'un partenariat évident car nous nous connaissons bien avec Airbus et nous avons également des relations très suivies avec ses fournisseurs de la région", explique Jean-Louis Falcou, responsable de l'Euro-info-centre, le relais d'informations de la Commission européenne à la CRCI.

Une étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) révèle d'ailleurs qu'au 31 décembre 2002, 553 entreprises de Midi-Pyrénées travaillent avec le consortium européen aéronautique, en particulier des sociétés de services, de mécanique générale et d'équipements mécaniques. La CRCI devra donc dans un premier temps relire les guides méthodologiques produit par Airbus et vérifier la cohérence des informations, puis les diffuser aux chambres de commerce départementales qui elles-mêmes transmettront les informations aux entreprises. Enfin, la dernière phase définit le pilotage du projet: "Nous nous assurerons du bon déroulement d'Academy et nous irons à la rencontre des partenaires. Je pense que les PME prêteront une oreille attentive au grand donneur d'ordre qu'est Airbus, surtout si cela va dans le sens d'améliorations techniques. En somme, le résultat se retrouvera certainement dans les cahiers des charges", poursuit Jean-Louis Falcou.

Les investissements dans l'environnement des 100.000 sociétés de l'industrie aéronautique européenne demeurent faibles. Moins de 4% d'entre elles sont certifiées Iso 14.001. La Commission européenne a d'ailleurs vu dans le projet d'Airbus un outil capable de soutenir les initiatives de l'Union européenne comme la politique intégrée des produits (PIP). La Commission avait fait une communication le 18 juin 2003 sur cette stratégie visant à réduire les incidences environnementales des produits grâce aux systèmes de management environnemental, aux labels écologiques et aux informations sur le cycle de vie des produits. La directive sur les déchets et le système d'échange de quotas d'émission sont d'autres politiques que semblent soutendre Academy. Ce projet permettrait aux bénéficiaires d'intégrer les exigences d'EMAS, le système communautaire de management environnemental et d'audit, objet du règlement 761/2001 du Parlement européen et du Conseil. "En fait, il y a de fortes chances pour qu'Academy ait un effet de ricochet sur la législation européenne de management environnemental sur l'aéronautique", conclut Jean-Louis Falcou.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus