Le projet de centrale de Verberie de nouveau retoqué

Le 12 mars 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale devait afficher une capacité de 900 MW.
La centrale devait afficher une capacité de 900 MW.
Direct Energie

Le groupe Poweo Direct Energie n’en finit pas de se faire retoquer ses projets de centrales thermiques à gaz.

Après l’annulation du permis de construire de son projet Hambrégie, le 26 janvier 2012, par le tribunal administratif de Strasbourg, l’énergéticien français voit torpillé un autre de ses projets de centrales thermiques. Au bout de deux mois d’enquête publique, le projet de centrale à gaz de Verberie a été rejeté, en fin de semaine passée, par le commissaire enquêteur.

L’enquête portait sur le schéma de cohérence territoriale (Scot) fixant la stratégie de développement de 25 communes de cette région de l’Oise. L’un des points principaux du document d’urbanisme était la réalisation d’une centrale à gaz de 900 mégawatts par Poweo Direct Energie, groupe issu de la fusion récente de Poweo et de Direct Energie.

Au cours de l’enquête, seules 8 personnes se sont prononcées en faveur du projet de centrale et 761 contre. En toute cohérence, le commissaire enquêteur a validé le projet de Scot de la Basse-Automne et de la vallée d’Estrée, en demandant «la suppression du projet de construction d’une centrale à cycle combiné sur le territoire de Verberie».

Pour appuyer son avis négatif, le commissaire enquêteur explique notamment que le projet «impacterait de façon importante un corridor écologique». Il souligne aussi les risques sanitaires (légionnelles) entrainés par la production de 810 tonnes par heure de vapeur d’eau. Il rappelle, en outre, que «le fonctionnement de la centrale à gaz entrainerait la production d’une quantité de gaz à effet de serre très importante, incompatible avec les objectifs de réduction de celui-ci que prône le Grenelle de l’environnement».

Initié en 2008, ce projet a déjà connu bien des avanies: en juin 2010, la préfecture de l’Oise avait retiré le permis de construire, délivré trois mois plus tôt, à la société Yfregie. Le 15 novembre 2011, le tribunal administratif d’Amiens annulait l’arrêté du 13 janvier 2009, par lequel le ministère en charge de l’énergie autorisait Yfregie à exploiter une centrale thermique au gaz.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus