Le programme du nouveau gouvernement britannique

Le 12 mai 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les choses n’ont pas trainé, outre-Manche. Quelques heures après la démission de Gordon Brown, les leaders du parti conservateur, David Cameron, et des Lib Dem, Nick Clegg ont scellé un accord de gouvernement. Vainqueur des élections du 6 mai, David Cameron devient fort naturellement le nouveau premier ministre britannique ; son challenger récupérant le portefeuille honorifique de vice-premier ministre.

 

Avant d’emménager au 10 Downing Street, le 12e Premier ministre de lareine Elisabeth II a présenté l’accord conclu avec ses alliés. Comptant 11 chapitres, cette feuille de route laisse une place de choix à l’environnement ou plus exactement à la constitution d’une économie « bas carbone » et respectueuse de l’environnement. Inventaire des mesures les plus populaires des deux partis, le texte évoque le déploiement de réseaux électriques et de compteurs intelligents, le développement des tarifs de rachat d’électricité renouvelable, et le développement de la production d’électricité à partir de biogaz de déchets.

 

Très énergétique, ce programme vise aussi à conforter la place de leader du Royaume-Uni dans le domaine des énergies marines. Les électriciens ne sont pas à lafête. Pour entrer en service, les nouvelles centrales thermiques à flamme devront atteindre un niveau de performance minimal ou être équipées d’un système de captage de gaz carbonique. Question carbone, le gouvernement devra montrer l’exemple. Dans un délai de 12 mois, les bâtiments publics devront réduire de 10 % leur bilan carbone. Sujet d’opposition frontale entre les deux partis, le nucléaire n’est pas oublié. Les libéraux démocrates pourront lui rester hostiles sans pour autant entraver les efforts du gouvernement pour faciliter la construction de nouvelles centrales.

 

Bicéphale, la nouvelle administration s’engage aussi sur quelques grands sujets symboliques. Londres prévoit désormais de développer un réseau de train à grande vitesse. Parallèlement, elle renonce à construire une troisième piste pour l’aéroport d’Heathrow. Les projets d’extension de pistes sur les plateformes de Gatwick et de Stansted sont aussi annulés. Un réseau de prises de recharge de véhicules électriques sera également déployé dans tout le royaume. N’oubliant pas l’année de la biodiversité, les deux partis prévoient de développer la trame verte et bleue et de criminaliser l’importation ou la détention de bois tropicaux interdits.

 

Le nouveau secrétaire à l’énergie et au climat est le libéral démocrate Chris Huhne.

A l’heure où nous mettons en ligne, le nom du titulaire du portefeuille de l’environnement n’avait pas été rendu public.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus