Le principe «ALARA» recommandé pour les nanomatériaux

Le 20 mars 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

«As low as reasonably achievable» (aussi bas qu'il est raisonnablement réalisable),  c'est le principe conseillé par l'Institut national de la recherche et de la sécurité (INRS) pour la protection des travailleurs en l'absence de valeurs limites d'exposition professionnelle aux nanomatériaux. L'INRS a mis en ligne jeudi 15 mars une nouvelle brochure sur «les nanomatériaux» qui présente les différentes mesures de précaution à prendre. Depuis novembre 2005, indique cette brochure, le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) propose une valeur limite d'exposition (1) de 1,5 milligramme par mètre cube (mg/m3) pour le dioxyde de titane fin et de 0,1 mg/m3 pour le dioxyde de titane ultra-fin (particules de diamètre inférieur à 100 nanomètres). Or, note l'INRS, les connaissances toxicologiques sont encore insuffisantes pour établir des valeurs limites d'exposition professionnelle, mis à part quelques cas particuliers comme les particules diesel, les silices amorphes et les noirs de carbone. «S'il est trop tôt pour donner des réponses définitives, il est nécessaire de mettre en commun les connaissances, notamment en termes de risques pour la santé, de métrologie et de protection des travailleurs. En attendant l'avancée des études, il est recommandé d'appliquer le principe de précaution et de rechercher le niveau d'exposition le plus bas possible», notent les chercheurs de l'INRS.

(1) concentration moyenne pondérée pour une durée de travail de 40 heures par semaine




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus