Le Portugal ouvre une usine de recyclage des slops

Le 12 janvier 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les navire de commerce produisent 100 Mt de slops par an.
Les navire de commerce produisent 100 Mt de slops par an.
DR

C’est une pollution marine, importante et insidieuse, qui pourrait trouver là un début de solution. Dans un communiqué, Ecoslops annonce avoir reçu, le 22 décembre dernier, l’autorisation des autorités portugaises d’exploiter une station de traitements des slops, dans le port de Sines, au sud du Portugal.

100 millions de tonnes par an

Les slops sont un déchet issu de la décantation du pétrole brut ou d’autres produits pétroliers (fioul lourd, par exemple) que l’on trouve dans les cales, les ballasts et les réservoirs des navires marchands. Majoritairement composés d’hydrocarbures et d’eau de mer, ces résidus sont souvent directement rejetés en mer lors des opérations de déballastage, bien que cette pratique soit interdite par la convention Marpol. La flotte de commerce mondiale en produirait une centaine de millions de tonnes par an, estime la société française.

Avec l’aide financière du Portugal, Ecoslops a installé une installation de collecte et de traitement de slops. Propriété de l’industriel, le procédé consiste à séparer l’eau des hydrocarbures (par décantation et centrifugation), puis à raffiner sous vide ces derniers. Cette opération produit deux combustibles marins (IFO 380 et MDO) et des hydrocarbures légers consommés par la mini-raffinerie.

deux autres projets

La capacité de production de l’usine de Sines est de 19.200 t/an de carburant maritime recyclé, pouvant être portée à 26.400 t. L’approvisionnement est en partie assuré par l’exclusivité de la collecte des déchets hydrocarburés sur le port de Sines, garantie par un contrat de sous-concession de 15 ans, et un accord de partenariat avec MSC, deuxième armateur mondial de porte-conteneurs.

Ecoslops entend prochainement entrer en bourse sur le marché Alternext. Elle prévoit aussi d’ouvrir, en 2017, deux autres unités comparables à celle de Sines, à Singapour et Abidjan.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus