Le porc vegan à la conquête du monde

Le 09 janvier 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bon appétit !
Bon appétit !

Après avoir mis au point un steak de bœuf vegan en 2016, l’entreprise américaine Impossible Foods lance un substitut végétal au porc à l’occasion du CES de Las Vegas.

Créée en 2011, la start-up Impossible Foods (IF) poursuit sa mission de «restaurer la biodiversité et de réduire l’impact de changement climatique en transformant le système alimentaire » en produisant «de la viande, du poisson et des produits laitiers à partir de plantes», explique-t-elle sur son site internet. Son objectif final n’est pas sans ambition: mettre carrément un terme à la consommation de viande en 2035. Et pour convaincre les consommateurs (américains pour l’instant) de changer leurs habitudes, l’équipe de Patrick Brown multiplie les innovations culinaires veganes.

Nouvelles technologies

Dernière en date, son produit au goût de porc qui vient de faire les délices des exposants du CES de Las Vegas, le salon international dédié aux nouvelles technologies. «Impossible Pork» peut notamment être utilisé dans la fabrication de rouleaux de printemps, légumes farcis, boulettes, wontons et saucisses. «Il ne contient ni gluten, ni hormones animales ni antibiotiques. Il apporte 16 g de protéines, 3 mg de fer, zéro milligramme de cholestérol, 13 g de matières grasses, 7 g de graisses saturées et 220 calories», garantit l’entreprise californienne. Une portion équivalente de porc traditionnel représente 17 g de protéines, 1 mg de fer, 86 mg de cholestérol, 32 g de lipides, 11 g de graisses saturées et 350 calories.

Choisi par Burger King

Pour le mettre au point, Impossible Foods a mélangé des protéines de soja, de l’huile de noix de coco, de l’huile de tournesol et de l’hème, une molécule présente dans l’hémoglobine qui provient de la racine du soja.

Ce produit est lancé en même temps qu’une saucisse végétale, fabriquée à partir de ce pseudo porc, qui a été choisie par Burger King (BK) pour alimenter 139 restaurants de 5 régions américaines (Savannah en Géorgie, Lansing dans le Michigan, Springfield dans l’Illinois, Albuquerque au Nouveau Mexique et Montgomery dans l’Alabama). L’enseigne de fast-food la proposera aussi dans un croissant servi au petit-déjeuner.

Succès commercial

Impossible Foods n’en est pas à son premier coup d’essai. Son premier produit, un burger au goût de bœuf, fabriqué à partir de protéines de soja et de pommes de terre, a été proposé sur les étals en 2016. Selon ses concepteurs, il contient autant de fer et de protéines qu’une portion comparable de bœuf haché pour zéro milligramme de cholestérol, 14g de matières grasses et 240 calories (contre 80mg de cholestérol, 23g de lipides totaux et 290 calories pour le bœuf). Trois ans plus tard, Ce substitut de viande était choisi par BK, avide de proposer une version vegan de son Whopper. Non sans succès.

Objectif monde

Selon un porte-parole de la chaîne de restauration rapide, les établissements proposant le produit phare à l’ersatz de boeuf ont vu leur chiffre d’affaires croître de 17% en un mois. Effet de mode ou début de mutation sociétale? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais la nouveauté porcine devrait aider à y voir plus clair. «Le bœuf est un produit populaire dans de nombreuses cultures mais la viande à la base des plats les plus populaires, les plus familiers, est le porc», affirme Pat Brown, fondateur et directeur général d’Impossible Foods, qui compte élargir les débouchés. Et les points de vente. Dans les prochains mois, la firme prévoit de multiplier les points de vente en Europe, en Chine et en Asie-Pacifique.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus