Le pôle chimie-environnement se veut attractif

Le 07 septembre 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Du 9 au 13 octobre, le pôle chimie-environnement sera représenté au forum mondial des clusters et pôles de compétitivités, qui aura lieu en France.

 «Clusters 2006 Lyon Rhône-Alpes» doit réunir environ 400 participants venant de 40 pays pour échanger sur le thème du regroupement de compétences. Lyon, qui accueillera l'événement, abrite 5 des 66 pôles de compétitivité français. Parmi eux, le pôle chimie-environnement Axelera qui est «à visibilité internationale». 4.000 personnes dont 3.000 chercheurs y travaillent ensemble depuis que le label pôle de compétitivité a été délivré en juillet 2005. On y trouve des grands groupes comme Rhodia et Suez, mais aussi des PME-PMI, des institutions et des laboratoires de recherche publics et privés. «Nous sommes en train de finaliser une comparaison. Le pôle Axelera a un positionnement unique car il réunit des acteurs qui étaient cloisonnés auparavant: les industriels de la chimie et ceux de l'environnement», a déclaré le 6 septembre Pascal Barthélémy, président d'Axelera.

Trois périodes ont été définies pour accomplir trois grandes missions au sein du pôle. En 2005-2007, le but était de fédérer les volontés. En 2007-2009, il s'agira de renforcer l'attractivité du pôle, en particulier sur le plan international, alors que 2009-2012 sera consacré à la démonstration technologique sur le marché.

Axelera, c'est un euro venant de l'Etat et des collectivités locales pour deux euros venant du privé. C'est aussi un budget de 70 millions d'euros consacré à 6 projets technologiques mis en place dans le cadre du pôle. «Notre ambition est d'accélérer la mutation de l'ensemble de la filière pour aller vers une chimie d'avant-garde qui intègre l'aspect environnement, depuis la conception des produits et des procédés jusqu'à leur usage final», a indiqué Pascal Barthélémy.

Le projet Rhodanos, porté par Suez Environnement, doit conférer un leadership européen à la région Rhône-Alpes en ce qui concerne le traitement des eaux usées, des boues et des odeurs. Son budget est de 12 millions d'euros. Axelera travaille aussi en partenariat avec le pôle industries et agro-ressources (IAR) sur un projet concernant l'utilisation de bio-ressources comme matière première industrielle.

Au niveau international, des échanges sont opérés avec des pays comme la Grande-Bretagne, l'Inde et les Etats-Unis. Le forum mondial d'octobre sera d'ailleurs l'occasion de rencontrer de nombreux acteurs étrangers. Selon Pascal Barthélémy, les membres du pôle surveillent aussi de près la Chine, où des changements technologiques en faveur d'une chimie durable pourraient prochainement avoir lieu.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus