Le poisson, un aliment anti-Alzheimer

Le 07 décembre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La consommation régulière de poisson semble protéger contre la survenue de troubles cognitifs chez l’adulte, et même contre la maladie d’Alzheimer, selon une étude présentée au congrès annuel de la Radiological Society of North America (RSNA), qui s’est tenu jusqu’au 2 décembre à Chicago.

Cette étude est «la première à établir une relation directe entre la consommation de poisson, la structure du cerveau et le risque de développer la maladie d’Alzheimer», observe son principal auteur, Cyrus Raji, de l’université de Pittsburgh (Pennsylvanie) cité par un communiqué (http://www.rsna.org/Media/rsna/RSNA11_newsrelease_target.cfm?id=571) du RSNA.

Avec ses collègues, le chercheur a recouru à une technique bien connue d’imagerie médicale, l’IRM (imagerie par résonance magnétique), afin d’analyser le volume de matière grise, lié aux troubles cognitifs et à la maladie d’Alzheimer.

Menée sur 260 adultes normaux, dont 163 indiquent manger du poisson au moins une fois par semaine, cette étude montre que cette habitude alimentaire réduit d’environ 5 fois le risque de trouble cognitif léger ou de maladie d’Alzheimer, évalué sur 5 ans. Et ce après prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau d’études et de l’activité physique.

Selon Cyrus Raji, cet effet bénéfique serait lié à l’abondance d’oméga-3 et de sélénium dans le poisson. Mais il demeure des doutes quant à la réalité d’un lien de causalité: le poisson joue-t-il vraiment un rôle protecteur, ou sa consommation reflète-t-elle plus largement un style de vie plus sain? Selon cette étude, les bénéfices n’étaient retrouvés qu’avec le poisson passé au four ou grillé, pas avec celui qui était frit.

S’il demeure à confirmer par d’autres travaux, ce résultat semble d’ores et déjà bien cadrer avec ce que l’on connaît des liens entre la maladie d’Alzheimer et l’alimentation. Selon une étude publiée en 2009, le régime méditerranéen, riche en poisson, en fruits et légumes, serait associé à une baisse de 40% du risque de maladie d’Alzheimer.

 
 


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus