Le Pnue veut plus de stockage naturel de carbone

Le 10 juin 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A journée mondiale, rapport international. Celle de l’environnement, vendredi 5 juin 2009, n’a pas fait exception à la règle puisque le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) a lancé ce jour-là son rapport d’évaluation sur le captage et le stockage naturels du CO2, intitulé «The natural fix? The role of ecosystems in climate mitigation».
Ce rapport signale qu’une augmentation des investissements dans la conservation, la réhabilitation et la gestion des forêts, tourbières, sols et autres écosystèmes pourrait limiter les émissions de gaz à effet de serre et éviter qu’ils ne s’échappent dans l’atmosphère. Dans un communiqué, le directeur exécutif du Pnue, Achim Steiner, estime que «peut-être, la communauté internationale néglige-t-elle une méthode éprouvée dont l’efficacité ne s’est jamais démentie au cours des millénaires, la biosphère», alors qu’elle consacre «des dizaines de milliards de dollars» au captage et au stockage du carbone dans les centrales thermiques et à l’enfouissement du CO2 sous terre ou au fond des océans.

A quelques mois de la discussion de Copenhague, les auteurs du rapport suggèrent plusieurs pistes, comme l’adoption d’une politique globale pour une meilleure gestion du carbone de l’écosystème dans le cadre de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), ou encore la restauration des tourbières et la réduction du taux de déforestation de moitié d’ici 2050.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus