Le Pnue veut mieux protéger les oiseaux d’Amérique du Sud

Le 16 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un plan d’action a été adopté le 15 décembre au Paraguay pour protéger les oiseaux migrateurs d’Amérique du Sud et leurs habitats.

Les prairies d’Amérique du Sud, qui abritent de nombreuses populations d’oiseaux migrateurs, disparaissent à un rythme inquiétant, note le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) dans un communiqué du 15 décembre. Or ces oiseaux, véritables jardiniers des prairies, jouent un rôle crucial pour l’écosystème en dispersant les graines ou en régulant les populations d’insectes.

L’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay sont concernés par le déclin des prairies. En cause, l’agriculture (culture du soja surtout), dont les eaux chargées en pesticides se trouvent drainées jusque dans les marais et les zones humides, affectant directement les oiseaux. Les prairies naturelles sont en outre converties en pâtures pour les bovins à un rythme soutenu. Les monocultures d’espèces non endémiques (eucalyptus pour le papier, sapins) détrônent les pampas et contribuent à la perte d’habitat.

Pour inverser cette tendance, la Convention sur les espèces migratrices (CMS) du Pnue a pris des mesures de conservation urgentes en collaboration avec Birdlife International et Asociación Guyra Paraguay, afin d’assurer la survie des oiseaux et de leurs habitats.

« En sauvegardant les habitats de ces oiseaux, nous sauvegardons non seulement beaucoup d’autres espèces en danger mais nous atténuons également le changement climatique, puisque les prairies agissent comme puits de carbone », a déclaré Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire de direction de la CMS.

Le plan d’action prévoit d’identifier de nouvelles zones à protéger et de créer un réseau viable d’écosystèmes. Des incitations financières seront également disponibles pour les éleveurs de bovins, qui devront prendre en compte les habitats des espèces les plus menacées.

Dans les 5 ans, des études seront conduites pour déterminer l’impact sur les oiseaux des produits chimiques utilisés en agriculture. De manière plus générale, le plan d’action prévoit de coordonner des recherches sur la biodiversité des prairies pour collecter des données sur les populations d’oiseaux, de batraciens, de papillons et autres insectes.

Les communautés locales seront sensibilisées par des campagnes d’information, afin notamment de décourager les captures illégales.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus