Le PNUE à la chasse aux déchets dangereux de l'ouest africain

Le 05 juillet 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un nouveau laboratoire chargé de tester les déchets dangereux provenant des navires qui entrent dans les ports d’Afrique de l’Ouest a été mis en place à Abidjan (Côte d’Ivoire), selon un communiqué du Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE) du 24 juin dernier.

Le projet a vu le jour en 2008, soit deux ans après « l’affaire du Probo Koala ». « L'incident a attiré l'attention de la communauté internationale sur la nécessité de renforcer la capacité de nombreux pays africains à détecter et à gérer les déchets dangereux, surtout les mouvements transfrontières de produits chimiques et autres déchets dangereux », précise le communiqué du PNUE.

L’objectif est clair : mieux protéger l'environnement côtier de l'Afrique occidentale de la pollution causée par les déchets dangereux, et améliorer les normes de suivi des déchets au sein des ports maritimes.

Le nouveau laboratoire sera dirigé par la section « désastres et conflits » du PNUE. Le personnel a été spécifiquement formé à l’analyse technique du sol et des échantillons d'eau pour la recherche de contamination potentielle. Le ministère néerlandais de la coopération au développement, la municipalité d'Amsterdam, les gouvernements suédois et danois, et le Laboratoire Spiez du gouvernement suisse ont participé à son financement.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus