Le plus gros projet photovoltaïque du monde tombe à l'eau

Le 03 octobre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Difficile de se passer des hydrocarbures.
Difficile de se passer des hydrocarbures.
DR

L’Arabie Saoudite et la Softbank japonaise ne construiront pas une centrale solaire de 200 GWc.


La nouvelle avait fait sensation. En mars dernier, Mohammed bin Salman annonçait le lancement de la construction du plus grand projet photovoltaïque du monde. En partenariat avec la Softbank japonaise, le prince héritier saoudien imaginait développer 200 gigawatts crête (GWc) de capacités solaires et de système de stockage d’électricité d’ici à 2030. Un investissement de 200 milliards de dollars.

Diversification

Cette diversification annoncée du bouquet électrique saoudien restera un mirage du désert. Selon le Wall Street Journal, le plus grand projet solaire est tombé à l’eau. Pis, selon Benjamin Attia, analyste chez Wood Mackenzie Power & Renewables, il n’a jamais dépassé la phase de l’étude de faisabilité initiale. Et celle-ci n’aurait pas donné de bons résultats. Le réseau de transport d’électricité saoudien se révélant incapable d’intégrer pareille capacité de production intermittente.

rendez-vous en 2040

Le quotidien américain croit savoir que de nouveaux engagements saoudiens en faveur de l’énergie solaire pourraient être annoncés prochainement. Une constante dans la famille Al-Saoud. En 2013, Ryad annonçait vouloir disposer de 16 GWc de capacité solaire à l’horizon de 2032. Désormais, il est question de mettre en service 41 GWc, mais en 2040. Pour le moment, le royaume wahhabite dispose de 89 MWc. Ce n’est déjà pas si mal.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus