Le plus grand marché mondial du renouvelable est ouvert

Le 02 janvier 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Commençons l’année par une bonne nouvelle. Du moins pour les professionnels des énergies renouvelables. Depuis le 1er janvier, la loi chinoise sur les énergies renouvelables est entrée en vigueur.

Adopté le 28 février 2005 par le Comité permanent de la Xe assemblée populaire nationale, ce texte a pour ambitieux objectif de faire en sorte qu'en 2020, 10% de l'énergie consommée dans l'empire du milieu soit produite à partir d'énergies renouvelables.De l'énergie verte chinoise, on connaît surtout celle générée par les grands barrages. Le 26 décembre étaient d'ailleurs lancés, sur la rivière Jinsha, les travaux de la centrale hydroélectrique de Xiluodu, (12.600 mégawatts) qui devraient s'achever en 2012. Dans les mois prochains, la construction de trois autres méga barrages (Wudongde, Baihetan, Xiangjiaba) devrait débuter sur la même rivière.

Mais la grande hydraulique n'est pas tout. Pragmatique, Beijing entend développer toutes les filières d'énergie propre. Et les gisements sont, comme d'habitude dans ce pays, énormes. Prenons l'éolien. Certes, les premiers coups de pioche de la future centrale du couloir Hexi (100 MW) ont été donnés le 26 décembre. Ce qui laisse espérer une mise en service pour le mois d'août prochain. Mais malgré le gigantisme de l'installation, la capacité installée éolienne chinoise flirtera avec les 2.000 MW. Soit à peine 0,8% du potentiel exploitable recensé par les autorités chinoises!

Totalement sous-exploité, le «gisement» géothermique prouvé atteindrait les 3,16 milliards de tonnes équivalent charbon (TEC). Paradoxalement dans un pays à la très forte culture paysanne, l'exploitation de l'énergie issue de la biomasse reste embryonnaire. Alors que les déchets de l'agriculture, le bois de chauffage représentent un potentiel annuel de 430 millions de TEC. Enfin, les deux tiers du territoire chinois bénéficient de conditions d'ensoleillement favorables (600 kj/cm2/an) au développement du photovoltaïque ou de solaire thermique. Bref, il y a de quoi faire. D'autant qu'avec les mesures prises lors de la conférence de Montréal, Pékin va de plus en plus faire appel aux mécanismes de développement propre (MDP) pour attirer des capitaux étrangers. D'ores et déjà, 11% des projets MDP acceptés concerne des investissements devant être réalisés en Chine. Gageons que cette proportion devrait progresser dans les mois qui viennent.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus