Le plan de pêche de la mer du Nord adopté par les eurodéputés

Le 15 septembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un plan de gestion qui satisfait les ONG
Un plan de gestion qui satisfait les ONG

Le plan de pêche pluriannuel de la mer du Nord a été adopté, le 14 septembre, par le Parlement européen réuni en séance plénière. Les négociations en trilogue vont pouvoir débuter.

 

Avec 61% des voix et une participation de 81%, ce plan -qui vise les espèces démersales de la mer du Nord- obtient une solide majorité pour le trilogue. «La rapporteure Ulrike Rodust part avec les poches bien garnies et une grosse légitimité derrière elle», résume Stephan Beaucher, spécialiste de la pêche pour l’ONG Pew. Surtout, ce texte réaffirme trois principes fondamentaux aux yeux des ONG. «Il rappelle la nécessité, pour un plan de gestion de la pêche, d’être conforme à la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) et à l’obtention d’un rendement maximum durable (RMD) en 2020», détaille le représentant de l’ONG. La notion de fourchette haute et de fourchette basse, introduite avec le plan de gestion de la mer Baltique pour les totaux admissibles de capture et les quotas, a par ailleurs disparu. «Ce plan de gestion mentionne aussi l’interdiction de la pêche récréative et réaffirme, en cas de dérives constatées, le pouvoir de la Commission d’établir un plan d’urgence si elle est saisie par au moins deux Etats membres», poursuit Stéphane Beaucher.

7 pays concernés dont la France

La pêche des espèces démersales (vivant sur le fond) représente 70% des captures de la mer du Nord. Elle concerne des milliers de navires issus de 7 Etats membres de l’UE: Allemagne, Belgique, Danemark, France, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni. Les espèces les plus pêchées sont la sole, le carrelet, la langoustine, le cabillaud, le lieu noir, l’aiglefin, le turbot, la baudroie, le merlan et la limande-sole.

45 amendements

Cette version comporte 45 amendements par rapport au texte adopté le 12 juillet par la commission Pêche du Parlement. «Tous sont conformes aux demandes des ONG», se félicite le représentant de Pew. Prochaine étape, un vote de la commission Pêche du Parlement doit formellement donner mandat à la rapporteure Ulrike Rodust (Alliance progressiste des socialistes et démocrates, Allemagne) pour commencer les négociations en trilogue. Celles-ci devraient aboutir d’ici la fin de l’année, permettant au plan de gestion de la mer Baltique d’entrer en vigueur au 1er janvier 2018. Selon le commissaire européen à la pêche Karmenu Vella, le prochain plan de gestion pluriannuel visera l’importante zone de l’Atlantique du Nord-Est. Bruxelles devrait présenter sa proposition d’ici fin novembre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus