Le plan biodiversité annoncé pour juillet

Le 18 mai 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Nicolas Hulot
Nicolas Hulot

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé vendredi 18 mai à Marseille le lancement d’une consultation publique en vue de son futur plan biodiversité 2020, qui sera présenté en juillet.

«La nature se meurt en silence. Les oiseaux ne chantent plus, les abeilles de font rares, et nos enfants ne verront certaines espèces que sur leurs écrans d’ordinateur», a lancé Nicolas Hulot lors de son déplacement à Marseille.

Côté biodiversité, les indicateurs sont en effet au rouge. En France, où une étude de l’Inra et du MNHN[i] a révélé en mars un déclin de 33% des effectifs d’oiseaux en 15 ans en zone rurale. Dans le monde, dont de récents rapports régionaux de la Plateforme intergouvernemetale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) soulignent une dégradation générale de la situation, sous les menaces de la déforestation, de l’agriculture, de la surpêche, du changement climatique, etc.

Publiée jeudi 27 mai dans Science, une étude internationale révèle les liens étroits entre réchauffement climatique et biodiversité: selon cette modélisation, 49% des insectes, 44% des plantes et 26% des vertébrés pourraient voir leur aire de répartition fondre de moitié pour un réchauffement de 3,2°C d’ici à 2100. Les effets seraient bien plus limités pour une hausse limitée à 1,5°C : 6% des insectes, 8% des plantes, 4% des vertébrés.

Pré-vendu en mars à l’Assemblée nationale comme d’un sujet dont «tout le monde se fiche», le plan biodiversité sera présenté en juillet. Il sera élaboré par un comité interministériel désigné avant l’été, qui fixera les feuilles de route par ministère. Une consultation publique est d’ores et déjà lancée sur internet, jusqu’au 7 juin.

Cinq grands axes

Ce plan s’articulera en cinq grands axes: primo, protéger la biodiversité pour améliorer notre cadre de vie et nous adapter au changement climatique; deuxio, faire de la biodiversité le moteur du changement de nos modèles de production et de consommation pour réduire notre empreinte écologique en France et dans le monde; tertio, protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantes; quarto, créer un cadre européen et international ambitieux pour la protection de la biodiversité; quinto, rendre la connaissance et l’action pour la biodiversité accessible à tous.

L’UICN à Marseille, l’IPBES à Paris

Comme l’a confirmé Nicolas Hulot, Marseille accueillera en juin 2020 le 7ème Congrès mondial de la nature, organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Autre rendez-vous majeur, la session plénière annuelle de l’IPBES se tiendra du 29 avril au 4 mai 2019 à Paris: y sera présentée une évaluation mondiale de la biodiversité.

«En annonçant un plan d’action pour lutter contre l’effondrement de la nature et l’accueil de deux rendez-vous scientifiques internationaux en 2019 et 2020, la France se positionne comme un leader mondial en matière de biodiversité», se réjouit le directeur général du WWF France, Pascal Canfin. «Alors cap sur 2020 pour faire avec la nature ce que nous avons réussi à faire à Paris en 2015 pour le climat!».



[i] Inra: Institut national de la recherche agronomique; MNHN: Muséum national d’histoire naturelle

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus