Le pillage des eaux d’Afrique de l’Ouest se poursuit

Le 25 mars 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Ce n’est pas la première fois que Greenpeace dénonce la surexploitation de la pêche en Afrique de l’Ouest. Le 24 mars, l’ONG a appelé le gouvernement sénégalais à revenir sur sa décision récente d'accorder des autorisations de pêche à une vingtaine de navires étrangers.

Depuis plusieurs mois, 22 navires russes, béliziens, mauriciens, ukrainiens et comoriens occupent les eaux sénégalaises, après avoir reçu des licences de pêche de la part du ministère de l'économie maritime. Ces autorisations ont été données pour des poissons migrateurs, «insuffisamment exploités par les Sénégalais» et ne faisant pas partie du «patrimoine halieutique national», a justifié le gouvernement dans un communiqué.

Mais pour Greenpeace et le Groupement des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes), un syndicat patronal d'armateurs et de pêcheurs industriels, ces bateaux se livrent à un «pillage des zones de pêche», qui empêcherait les populations locales de se nourrir.

En février dernier, l’ONG avait accusé l’Union européenne de favoriser la surpêche en autorisant des bateaux suréquipés à naviguer dans ces eaux autrefois poissonneuses mais qui font actuellement face à un début de pénurie (dans le JDLE).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus