Le photovoltaïque n’est pas éphémère

Le 08 juin 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Coïncidence. Au moment où l’Europe bat tous les records d’installation de panneaux solaires photovoltaïques, des scientifiques lèvent le voile sur la menace que font peser ces cellules sur certains insectes.


Il y a quelques semaines, nos confrères de Systèmes Solaires ont publié les dernières statistiques de l’implantation de panneaux photovoltaïques en Europe. Elles sont impressionnantes. L’an passé, près de 5.485 mégawatts crête (MWc) supplémentaires ont été installés dans les pays de l’UE. Un chiffre en progression de 52,9 % en un an. Au 31 décembre 2009, la vieille Europe disposait d’une capacité installée de 15.861 MWc. Soit 70 % du total mondial, estime l’European Photovoltaic Industry Association (Epia) dans son dernier rapport.


Problème : s’ils produisent une électricité « propre », sans carbone en tout cas, ces myriades de panneaux constituent aussi de redoutables leurres pour certains diptères. Dans une étude récemment parue dans Conservation Biology, Bruce Robertson, du centre national de recherche sur les bioénergies de Great Lakes (Etats-Unis) montre que certains insectes, comme les éphémères, confondent la surface des panneaux avec la surface de l’eau où ils pondent leurs œufs.


En effet, les deux matériaux reflètent verticalement la lumière polarisée. Conclusion de l’entomologiste américains et de ses collègues : n’installons pas de centrales photovoltaïques à proximité des lacs et des étangs.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus