Le petit plan bio de Stéphane Le Foll

Le 31 mai 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Objectif: 20% de produits bio dans les cantines de l'Etat
Objectif: 20% de produits bio dans les cantines de l'Etat

 Sans surprise, le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a officialisé, ce 31 mai, lors d’une conférence de presse, son programme «Ambition Bio 2017» grâce auquel il souhaite doubler la surface dédiée à l’agriculture biologique en 5 ans.

Pour accroître la part de la surface agricole utile (SAU) occupée par l’agriculture biologique de 4% fin 2012 à 8% fin 2017, le gouvernement compte augmenter les aides à la conversion ou ? au maintien en bio de 90 millions d’euros par an à 160 M€ entre 2014 et 2020. Une mesure d’autant plus nécessaire que les conversions en bio se sont ralenties depuis l’an dernier (voir JDLE).

Les agences de l’eau sont également appelées à la rescousse pour doper leurs aides aux mesures agro-environnementales dans le cadre de leur lutte contre les pollutions diffuses d’origine agricole, sans qu’aucun montant n’ait été précisé.

Concernant les filières, la priorité est donnée au développement des grandes cultures (blé et betterave en particulier) -très peu converties à la bio- dans les deux ans à venir. Le ministre de l’agriculture vise aussi le développement des oléo-protéagineux pour accroître l’indépendance protéique de l’alimentation animale et humaine.

Le ministère augmente d’1 M€ sa participation au fonds Avenir Bio géré par l’Agence Bio (4 M€/an désormais) et la Banque publique d’investissement accordera des prêts aux sociétés, notamment les coopératives agricoles pour développer leurs projets liés au stockage, à la transformation ou à la commercialisation. Aucun montant n’est, là encore, déterminé.

Pour développer les parts de marché du secteur, le ministre fixe l’objectif d’approvisionner les cantines de l’Etat avec 20% de produits bio. Aucune mesure, en revanche, n’a été annoncée pour l’ensemble de la restauration collective dont les achats en bio ont représenté 169 M€ HT en 2012 selon l’Agence Bio, soit 2% environ de leurs factures.

La Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) a «salué cette première étape mais rappelle sa vigilance quant aux conditions de mise en œuvre des annonces». Elle espère notamment que d’autres signaux de la transition agro-écologique de l’agriculture française seront présents dans la mise en œuvre de la future politique agricole commune (PAC) et dans la prochaine loi d’avenir sur l’agriculture.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus