Le petit affréteur à voiles se rêve armateur de voiliers-cargo

Le 24 février 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Towt va se doter de navires à voiles, d'une capacité de chargement de 1000 tonnes.
Towt va se doter de navires à voiles, d'une capacité de chargement de 1000 tonnes.

L’affréteur de goélettes à voiles Towt a rejoint les rangs d’Armateurs de France jeudi 20 février et compte bien exploiter des cargos à voiles.  

 

L'armateur Towt prend ses quartiers. Le premier affréteur français de marchandises à la voile a rejoint Armateurs de France. Un tout petit qui entre dans la cour des grands. Depuis 2011, l’entreprise basée à Douarnenez a transporté 1.000 tonnes de fret : une part infime de la cargaison d’un seul porte-conteneurs moderne.

Anemos. Towt développe aussi un label, Anemos («vent» en grec ancien). Il certifie que les produits labellisés ont bien été transportés en voilier. Anemos publie description du produit, la trace GPS du voyage ou encore la distance parcourue à la voile.

Mais justement, Towt ne compte pas se limiter à 1.000 tonnes. Avec ce ralliement, il «s’apprête à changer d’échelle en passant du statut d’affréteur de voiliers existants à celui d’armateur de voiliers-cargos», expliquent les cofondateurs, Diana Mesa et Guillaume Le Grand.

Parce qu’en plus de ses goélettes et lougres, le petit poucet breton veut exploiter une flotte de voiliers-cargo. Au côté de des nefs dont la taille flirte avec celle des voiliers des plaisanciers, Towt veut aligner des bateaux de près de 70 mètres de long capables d’emporter 1.000 tonnes de marchandises chacun. La société devrait voir arriver son premier trois-mâts en 2022. Chaque navire sera doté de 2.500 m2 de voiles semi-automatisées. Il naviguera à 10,5 noeuds (19 km/h) en vitesse de croisière. Un système d’hydrogénération permettra au navire de produire sa propre électricité.

Décarboner le transport maritime

Décarboner le transport maritime en revenant à la marine à voile n’est pas l’apanage de Towt Neoline, une société nantaise, travaille aussi à la construction de voiliers-cargos pour des rouliers et porte-conteneurs. Un  autre acteur tricolore, Zéphyr et Borée, développe un cargo hybride qui embarque des voiles rigides en complément d’un moteur diesel-GNL. Une Startup toulousaine Airseas mise sur une voile de kite destinée aux navires de commerce et qui pourrait réduire de 20% leur consommation de combustible.