Le patron de la FNSEA montre patte blanche

Le 10 juillet 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Stéphane le Foll (à gauche) en compagnie de Xavier Beulin
Stéphane le Foll (à gauche) en compagnie de Xavier Beulin

Auditionné ce 10 juillet par la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, Xavier Beulin a précisé la position de la FNSEA sur la réforme de la Politique agricole  commune, comme sur l’avenir de l’agriculture française.

Une semaine avant l’audition du ministre de l’agriculture, le patron de Sofiprotéol a voulu montrer patte blanche. «Ce qui nous motive en tant qu’agriculteur, c’est la recherche d’une double performance économique et environnementale», a-t-il déclaré, en écho au projet agro-écologique de Stéphane Le Foll (voir JDLE).

Détenant le monopole de la production d’oléagineux et de protéagineux en France, avec un chiffre d’affaires total de 7,3 Md€ en 2012, Sofiprotéol veut profiter de la vague annoncée par le ministre de l’agriculture, qui promet un plan de soutien à la production de protéines végétales «pour contribuer à l’autonomie fourragère des exploitations».

Le groupe, qui ferme des unités de production (voir JDLE), voyant l’avenir des carburants de première génération compromis, pourrait trouver une porte de sortie à ses difficultés. Car d’une graine de colza, on extrait, en plus de 40% d’huiles (alimentaire, industrielle, ou biocarburants), 60% de protéines. La consommation alimentaire des animaux n’est d’ailleurs couverte qu’à 55% dans l’Hexagone.

Sur la politique agricole commune (PAC), le président de la FNSEA s’est montré prudent, affirmant que «les véritables négociations démarrent maintenant». Le compromis européen adopté le 16 juin (voir JDLE) laisse en effet une marge de manœuvre accrue aux Etats membres pour préciser les contours du verdissement et de la dotation aux premiers hectares, deux sujets de préoccupation pour la FNSEA.

«Nous avons rencontré hier le ministre de l’agriculture. Nous attendons d’avoir des précisions avant de communiquer notre position», a déclaré Xavier Beulin, qui a ajouté vouloir «consolider les systèmes intensifs plutôt que de favoriser l’aide aux premiers hectares», «éviter une trop forte baisse des soutiens entre 2014 et 2015» (entrée en vigueur de la réforme de la PAC), et «recombiner l’accès aux soutiens des premier et deuxième piliers».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus