Le parlement turc vote l’achat de 4 réacteurs franco-japonais

Le 03 avril 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le premier Atmea sera turc.
Le premier Atmea sera turc.
Atmea

 

Le nucléaire n’est décidément pas mort partout. Le 1er avril, le parlement turc a confirmé l’achat de la centrale de Sinop, qui sera construite sur les bords de la mer Noire.

 

Porté par un consortium international[1], ce projet, conçu par Areva et Mitsubishi Heavy Industries, vise à la réalisation de 4 réacteurs franco-japonais Atmea. Sinop accueillera les premiers réacteurs à eau sous pression de ce type (1.100 mégawatts électriques unitaire).

 

Conclu en octobre 2013, l’accord initial prévoit un démarrage des travaux pour 2016 et une mise en service en 2023. GDF Suez sera chargé de l’exploitation de la centrale nucléaire. Le montant total du contrat est estimé à 22 milliards de dollars (20,3 milliards d’euros).

 

Après Sinop et Akkuyu[2] (dont les premiers coups de pioche doivent être donnés ces jours-ci), la Turquie prévoit la réalisation d’une troisième centrale nucléaire. Cette installation, qui pourrait être située à proximité de Sinop ou sur les bords de la mer de Marmara, serait équipée de réacteurs américains AP1000 (Westinghouse) ou chinois CAP 1400.



[1] Composé de Mitsubishi, Itochu, GDF Suez et de partenaires turcs.

[2] Elle sera équipée de réacteurs russes VVER 1000.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus