Le Parlement européen limite l’usage des agrocarburants de première génération

Le 11 septembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Corinne Lepage n'a pas obtenu de pouvoir négocier directement avec les Etats.
Corinne Lepage n'a pas obtenu de pouvoir négocier directement avec les Etats.
DR

Après en avoir beaucoup discuté, les eurodéputés ont voté, ce 11 septembre, l’abaissement à 6% de la part maximale d’agrocarburants de première génération en 2020. Jusqu’à présent, la directive ENR fixait l’objectif à 10%.

Par ailleurs, les biocarburants «avancés», produits à partir d'autres d’algues ou de certains déchets, et qui ne concurrencent pas les cultures alimentaires, devront représenter au moins 2,5% de la consommation en 2020, indiquent les députés.

Conformément aux souhaits de la rapporteure Corinne Lepage, le texte introduit également le changement d'affectation des sols (dit facteur Casi): il s'agit de prendre en compte à partir de 2020, dans le calcul des émissions de gaz à effet de serre des différents biocarburants, des conséquences de l'utilisation croissante de terres agricoles.

Ce facteur Casi, dont la pertinence scientifique est contestée par certains industriels, aura pour conséquence de réduire l'avantage environnemental et climatique affiché par certains agrocarburants.

Corinne Lepage n'a en revanche pas obtenu le mandat de négociation qu'elle demandait au Parlement pour trouver un accord rapide avec les Etats membres sur ces nouvelles règles. «Je regrette que le mandat de négociation ait été rejeté à une voix près. Cela veut dire que le dossier Agrocarburants ne sera probablement pas bouclé avant la fin de la mandature», estime l'ancienne ministre française de l'écologie.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus