Le Parlement entérine l’interdiction totale de la pêche électrique

Le 16 avril 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Dernière session plénière avant les élections
Dernière session plénière avant les élections

Lors de la dernière session plénière avant les élections, les eurodéputés ont officiellement adopté, ce 16 avril, l’interdiction définitive de la pêche électrique et la directive sur les lanceurs d’alerte.

 

Deux jours avant la clôture définitive de l’ultime session plénière, les eurodéputés ont adopté la fin des dérogations à l’interdiction de la pêche électrique en juillet 2021. Par 571 voix contre 60, ce vote met le point final à 18 mois d’âpres négociations entre les défenseurs de cette pratique destructrice de la faune marine –essentiellement les Pays-Bas– et les associations de défense des océans, Bloom en tête. L’accord en trilogue, coupant définitivement le courant à la pêche électrique au 1er juillet 2021, avait été trouvé le 13 février à la surprise générale.

 

Des lanceurs d’alerte (enfin) protégés

Par 591 voix pour, 29 contre, et 33 abstentions, les eurodéputés ont aussi adopté la directive sur les lanceurs d’alerte. Le texte offre une protection aux salariés divulguant des informations, acquises dans le cadre de leur profession, sur des activités illégales ou dangereuses pour l’environnement, la santé publique, la sécurité des produits et du transport et la protection des consommateurs. Un dispositif plus protecteur que le système français, qui oblige le lanceur d’alerte salarié à prévenir au préalable sa hiérarchie. C’est le Parlement européen qui avait, le premier, tiré le signal d’alarme le 2 octobre 2017, en adoptant une résolution sur la nécessaire protection des lanceurs d’alerte à l’échelle européenne.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus