Le parc de la Vanoise passera-t-il l’hiver?

Le 15 octobre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le PNV s'étend sur 29 commnes.
Le PNV s'étend sur 29 commnes.
PNV

Cela aurait pu être un bel anniversaire. L’an prochain, les Savoyards auraient pu fêter dans la liesse le 50e anniversaire de la «création» de la Vanoise, le premier parc national français. L’événement pourrait, hélas, tomber à l’eau.

Tout commence par l’adoption, en 2006, d’une loi modernisant la loi du 22 juillet 1960 «relative à la création des parcs nationaux». Porté par le député UMP du Var Jean-Pierre Giran, ce texte vise à concilier trois éléments: «les impératifs de conservation, les données liées à la décentralisation, les réalités d’un tourisme de masse». En clair, comment permettre aux élus locaux de participer à la vie du parc, laquelle ne devrait pas (trop) entraver le développement du tourisme dans les zones optimales d’adhésion (ex-zones périphériques) des parcs. Pas simple.

Pour autant, la «Vanoise» s’est adaptée à la nouvelle donne, notamment depuis la publication du décret du 21 avril 2009 qui précise, sans limite de durée, la délimitation des différentes zones du parc (le cœur et les zones optimales d’adhésion), et ses règles de fonctionnement.

Ce texte a été complété par l’arrêté du 29 avril 2009 qui a renouvelé le conseil d’administration. Celui-ci comporte désormais 28 personnalités locales, dont 18 élus. C’est dans ce contexte, jugé plus «démocratique», que les dirigeants du parc national de la Vanoise (PNV) conçoivent un projet de nouvelle charte.  Deux objectifs lui sont assignés par la loi de 2006: fixer des engagements de collaboration et de partenariat sur le moyen terme et préciser les modalités d'application de la réglementation fixée par le décret.

Fruit de 4 ans de travail et de concertation, ce texte de plus de 240 pages, qui doit être soumis à l’enquête publique dans les prochaines semaines, suscite pourtant la colère des élus locaux. Bien que la région et les partenaires économiques, sociaux et associatifs, ainsi que les services de l'Etat, aient donné leur aval, plus de 20 maires, sur les 29 communes concernées, s’opposent déjà au projet de charte.

La raison en est simple. La plupart d’entre elles, notamment Bourg-Saint-Maurice, Courchevel, Val d’Isère, Tignes, Courchevel, Méribel, misent sur le développement de l’immobilier et du tourisme hivernal. Un classique depuis… 1963, année où le conseil municipal de Tignes avait subordonné son imprimatur à la création du parc au classement en «simples» réserves naturelles de secteurs pouvant être équipés de remontées mécaniques.

La vallée de la Tarentaise compte déjà 370.000 lits touristiques, rappelle pourtant Claude Comet, conseillère régionale Europe Ecologie-les Verts de Rhône-Alpes. Et 20.000 de plus sont mis à la disposition des touristes chaque année.

Le 20 septembre dernier, lors de son conseil municipal, la commune de Tignes rappelait l’état d’esprit prévalant aux relations entre les élus et le PNV: «Aujourd’hui, 50 ans après sa création, aucun bilan sur les actions menées par le parc n’a pu être établi malgré nos demandes répétées. L’hostilité et la méfiance restent des attitudes largement répandues dans nos vallées et nos stations».

Sans surprise, le conseil vota un avis défavorable au projet de charte.

A l’issue de l’enquête publique, le conseil d’administration du parc passera la patate chaude au ministère de l’écologie. Ce sont, en effet, les services de Delphine Batho qui instruiront, au final, la charte, laquelle devra être validée par un décret en conseil d’Etat. Une fois le décret publié, le préfet de Savoie saisira les conseils municipaux pour adhésion à la charte et constitution de l’aire d’adhésion du nouveau parc national de la Vanoise. L’heure du choix aura alors sonné.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus