Le nucléaire: une option contre le changement climatique?

Le 27 octobre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Indirectement, l'énergie nucléaire émet du CO2.
Indirectement, l'énergie nucléaire émet du CO2.

L’énergie nucléaire ne serait d’aucune utilité pour lutter contre le changement climatique: vieille antienne écologiste. Les arguments sont connus et remis au goût du jour par un fascicule, publié ce 27 octobre par Wise Paris.

Tchernobyl et Fukushima sont là pour le prouver: les centrales nucléaires ne sont pas des installations sûres. Elles seraient aussi une source potentielle de prolifération de matières fissiles, utilisables pour la réalisation d’armes nucléaires. A sa manière, Benoit Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement (FNE), rappelle d’ailleurs que l’hiver nucléaire, conséquence possible d’un conflit nucléaire d’importance, est la seule contribution possible de l’atome à la lutte contre le réchauffement. Un augure démenti par la Nasa. La gestion des déchets reste problématique et insuffisante: «EDF et Areva, en France, ne sont censées provisionner, au mieux, que quelques siècles de gestion des déchets», rappelle Yves Marignac, dans son rapport.

66 g CO2/kWh

Plus nouveau, les anti-nucléaire attaquent le nucléaire là où il se croyait inattaquable: son bilan carbone. Si un réacteur n’émet pas l’ombre d’une molécule de CO2 durant son fonctionnement, il en va tout autrement du reste du cycle: production du combustible, construction des centrales, démantèlement. Une centaine d’écobilans du nucléaire ont déjà été réalisés. Leurs résultats sont très larges: de 1,4 à 288 grammes de CO2 le kilowattheure. Par convention, Wise a retenu le chiffre de 66 g CO2/kWh[1]. L’ONG estime aussi que l’industrie nucléaire surévalue systématiquement le bénéfice climatique de son activité. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) estime que les centrales nucléaires évitent l’émission de 2 milliards de tonnes de CO2 par an. Soit un tout petit plus que l’évaluation faite par Wise pour… 40 ans.

6% des émissions de CO2

Last but not least, le rôle du nucléaire dans la production d’énergie est voué à disparaître, estime l’ONG. L’atome produisant 17% des électrons consommés sur la planète en 1995, mais seulement 11% l’an passé[2]. Dit autrement, le nucléaire contribuait à éviter 6% des émissions de CO2 dans les années 1990, contre 4% actuellement. Quant à sa contribution future, elle reste difficile à prévoir. La World Nuclear Association décompte une soixantaine de réacteurs en cours de construction dans le monde. Et selon certains scénarios de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la capacité installée du parc nucléaire mondial pourrait progresser de 60% entre 2014 et 2040, plafonnant alors à 10.700 gigawatts électriques. Entre-temps, la consommation mondiale d’électricité devrait avoir progressé de 30% à 40%.

Les moyens de notre ambition

Avons-nous les moyens de cette ambition? «Non», répond sans hésiter le député (Europe Ecologie-les Verts) de Paris Denis Baupin. Rapporteur du rapport parlementaire sur le coût du nucléaire, le vice-président de l’Assemblée nationale rappelle qu’avec le rachat de la division réacteurs d’Areva, le grand carénage en cours des réacteurs en service, les travaux qui devront être réalisés pour allonger (si accepté par l’ASN) leur durée de vie, la construction des deux EPR britanniques de Hinkley Point, EDF devra décaisser une centaine de milliards d’euros dans les prochaines décennies. Sans compter les 30 à 40 EPR NM (nouveau modèle) que le patron de l’opérateur historique souhaite bâtir entre 2030 et 2050. Montant du devis: autour de 200 Md$ (181 Md€). A quoi il faudra ensuite ajouter les réacteurs de 4e génération: des surgénérateurs dont nul encore n’ose envisager le prix.

 



[1] La société française de l’énergie nucléaire retient le chiffre de 15 g CO2/kWh, contre 25 g CO2/kWh pour l’agence de l’énergie nucléaire de l’OCDE.

[2] Une chute en partie imputable à l’arrêt de la totalité du parc nucléaire japonais en 2011.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus