Le Nouveau Grand Paris mis sur les rails

Le 28 août 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'enquête publique démarre le 7 octobre
L'enquête publique démarre le 7 octobre

Le Nouveau Grand Paris entre dans une phase opérationnelle avec la mise en place, ce 28 août, du premier comité de pilotage par les ministres de l’égalité des territoires et des transports, Cécile Duflot et Frédéric Cuvillier.

Le feu vert à été donné au Grand Paris Express, le futur réseau de métro automatique doté de 205 kilomètres de voies et 72 gares, dont le coût est estimé à 26,5 milliards d’euros selon le rapport présenté le 3 juillet à l’Assemblée nationale. L’enquête publique concernant le premier tronçon de la nouvelle ligne 15 (reliant Pont-de-Sèvres à Noisy-le-Champ) se déroulera du 7 octobre au 18 novembre. Les travaux ne devraient toutefois pas démarrer avant le début 2015, et la mise en service avant 2020.

Le réseau francilien existant gagne de son côté 6 Md€, qui seront affectés à son développement et à sa modernisation d’ici 2017, affirment Cécile Duflot et Frédéric Cuvillier dans un communiqué commun.

La construction du Grand Paris Express devrait générer entre 15.000 et 20.000 emplois par an pendant toute la durée des travaux.

L’énigme du financement

Ce nouveau comité de pilotage se réunira une fois par trimestre sous la présidence des ministres de l’égalité des territoires et des transports. Le prochain rendez-vous sera consacré à la validation du protocole d’accord global de mise en œuvre du projet, que doivent signer l’Etat, la région Ile-de-France, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), et la Société du Grand Paris (SGP).

Plusieurs problèmes restent encore en suspens, comme la destination précise des déchets de chantier (environ 60 millions de tonnes par an) ou encore le retard dans le déploiement des contrats de développement territorial (CDT).

Enfin, et surtout, le financement du projet global du Nouveau Grand Paris reste une énigme. Pour l’heure, la SGP a seulement obtenu, le 15 juillet dernier, l’accord officiel de son conseil de surveillance pour investir 5,3 Md€ dans les travaux de la ligne 15 sud (hors acquisitions foncières et matériels roulants), selon Thomas Hantz, son porte-parole. Or les recettes de cette société s’élèvent à environ 300 M€ par an, issues de redevances d’utilisation du réseau et de taxes prélevées auprès des Franciliens. Aucune dotation n’est en revanche prévue par l’Etat.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus