Le nombre de déplacés climatiques augmente

Le 02 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
23,5 millions de personnes ont dû fuir leur foyer en 2016
23,5 millions de personnes ont dû fuir leur foyer en 2016

Les catastrophes climatiques ont forcé 23,5 millions de personnes à quitter leur logement l’an dernier, révèle un rapport publié ce 2 novembre par l’ONG Oxfam. Les populations des pays pauvres sont 5 fois plus exposées que les autres.

 

 

En hausse par rapport à la moyenne annuelle observée depuis 2008 (21,8 millions de personnes), ce bilan 2016 reste au-dessous de la réalité. Il ne prend pas en compte les déplacements causés par des catastrophes plus lentes, comme certaines sécheresses, la désertification ou la montée du niveau de la mer, et pâtit d’un manque de données provenant des pays les plus pauvres. Il a toutefois le mérite d’exister, grâce aux évaluations du Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC). Avec 23,5 millions de personnes, les déplacements climatiques s’avèrent trois fois plus nombreux que ceux résultant de conflits et d’actes de violence, note Oxfam dans son premier rapport consacré aux «Déracinés par le changement climatique».

Pétition européenne / Basée à Londres, la Fondation pour la justice environnementale (EJF) a lancé une pétition pour que l’Union européenne reconnaisse des droits aux réfugiés climatiques.

 

Tempêtes et inondations

L’an dernier, les tempêtes ont à elles seules conduit 12,9 millions personnes à fuir leur foyer. Aux Iles Fidji, pays organisateur de la COP 23, le cyclone Winston a touché les deux tiers de la population (540.000 personnes) et en a déplacé 55.000, selon Oxfam. Les inondations en Asie du Sud ont forcé, quant à elles, 3,6 millions de personnes à se déplacer en 2016.

 

 

2017, une année noire?

L’année 2017 ne devrait pas infléchir la courbe. La série d’ouragans qui a frappé l’Atlantique Nord (Harvey et Irma en particulier) et les pluies de moussons qui ont touché plus de 43 millions de personnes au Bangladesh, Népal et Inde, devraient encore gonfler les chiffres.

Selon l’ONG britannique, 3,2 millions de personnes vivant dans des pays pauvres ont déjà été contraintes de se déplacer au cours des 9 premiers mois de l’année, dont plus de la moitié à cause de la sécheresse.

Visa climatique / Alors que la justice néo-zélandaise a jusque-là rejeté toute reconnaissance d’un statut de réfugié climatique, le tout nouveau ministre du changement climatique, James Shaw, a déclaré, le 31 octobre, étudier l’élaboration d’une nouvelle catégorie de visa pour les réfugiés des îles du Pacifique touchés par la montée du niveau de la mer.

 

Les pays pauvres les plus touchés

Cette synthèse montre qu’entre 2008 et 2016, les pays à faibles revenus ou à revenus intermédiaires faibles ont été 5 fois plus touchés[1] par des déplacements internes que les pays riches. Sans surprise, les femmes, les enfants, les peuples autochtones et les travailleurs migrants s’avèrent les plus fragilisés par ce phénomène.

 

Une reconnaissance mondiale?

L’ONG s’élève pour réclamer l’inscription de cet enjeu à l’agenda international, au sein du Dialogue de facilitation onusien ou d’un Pacte mondial des migrations, afin de minimiser les déplacements par des politiques d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques.

Deuxième demande: la reconnaissance de droits aux personnes déplacées, en matière d’éducation, de regroupement familial, de permis de travail et de visas humanitaires. La convention de Genève n’accorde aujourd’hui des droits qu’aux victimes de conflits armés. Toutes ces questions devraient logiquement s’inviter dans les débats de la COP 23.



[1] 0,42% de la population des pays à faibles revenus ou revenus moyens contre 0,08% dans les pays riches

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus