Le nombre de décès liés aux AT-MP reconnus diminue

Le 12 juillet 2007 par Diana Semaska
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
materials2
materials2

Le Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels a fait le point mardi 10 juillet sur l’efficacité de la politique de prévention des risques professionnels, et ce devant les partenaires sociaux.

Les statistiques d'accidents du travail et de maladies professionnelles (AT/MP) proviennent des données disponibles à la Caisse nationale d'assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Elles ne sont pas exhaustives.

Pour le secteur privé, on enregistre une diminution de 20,3% du nombre d'accidents mortels liés au travail par rapport à 2004, baisse la plus spectaculaire depuis 1997. La fréquence des AT a diminué de 1,3%, tandis que le nombre d'accidents avec arrêt reste stable (699.217 accidents en 2005). C'est le secteur du bâtiment qui reste le plus concerné par les AT (88 accidents pour 1.000 employés). Dans le secteur agricole, on enregistre une baisse du nombre d'AT de 3% par rapport à 2004.

Les données du secteur public de la même année montrent une baisse généralisée du nombre d'AT. Toutes administrations confondues, le nombre de décès diminue de 20% en 2004 par rapport à l'année précédente.

La Caisse nationale d'assurance-maladie a reconnu 48.104 cas de maladies professionnelles (MP) en 2004, mais les maladies professionnelles ne peuvent actuellement pas être recensées aussi finement que les AT. Pour le privé comme pour le public, on assiste à une nette augmentation du nombre de reconnaissances de MP (+7,73%), dont les trois quarts sont des troubles musculo-squelettiques (TMS, +6%). Ensuite viennent les maladies dues à l'amiante ou au bruit, ce qui peut traduire une meilleure reconnaissance des droits des salariés, plutôt qu'une dégradation systématique de la santé des travailleurs.

Même si ce n'est que le reflet d'une partie de la réalité, le nombre de décès des suites d'une maladie professionnelle reste stable par rapport à 2003. L'amiante reste ainsi la cause principale des cancers reconnus (89%), mais la reconnaissance des cancers est biaisée: en présence de cancers multifactoriels, la procédure de déclaration en vue d'une reconnaissance comme MP n'est pas déclenchée systématiquement.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus