Le nettoyage du delta du Niger débutera cet été

Le 04 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
600.000 barils de brut ont été déversés en 2008 dans le delta du Niger
600.000 barils de brut ont été déversés en 2008 dans le delta du Niger

Le nettoyage du delta du Niger, marqué par deux pollutions pétrolières en 2008, débutera enfin en juillet ou en août, suite à l’accord trouvé le 1er mai entre Shell et la communauté des pêcheurs de Bodo, vivant dans le sud du Nigéria.

 

Selon Christian Kpandei, l’un des 15.600 pêcheurs affectés par les fuites d’un pipeline mal entretenu, le nettoyage sera confié à l’une des nombreuses entreprises mandatées pour dépolluer le golfe du Mexique, suite à l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon, en avril 2010.

«Shell doit arrêter de violer les accords déjà conclus avec les communautés locales. Ce nettoyage aurait dû commencer en janvier», a réagi Godwin Ojo, co-fondateur de l’ONG Environmental Rights Action-Friends of the earth Nigeria.

 «Ce nettoyage va sans doute durer plusieurs années, en raison des écosystèmes locaux, composés de mangroves et de zones de sable», explique au JDLE Christophe Rousseau du Cedre[1]. Selon l’expert, le delta du Niger est pollué depuis des décennies suite à des avaries d’équipements mais aussi d’actes de malveillance sur les pipelines.

Le coût de l’opération devrait osciller entre 134 et 446 millions d’euros.

Selon l’accord de compensation trouvé en janvier dernier, la filiale nigériane du groupe Shell SPDC a accepté de verser 70 M€ dont 43,5 M€ aux pêcheurs de Bodo (environ 2.800 € chacun) ainsi que 25,5 M€ à l’ensemble de la communauté. Les deux fuites de 2008 ont représenté l’équivalent de 600.000 barils[2] selon le cabinet londonien Leigh Day, en charge de la défense des pêcheurs.

Le Nigéria est le plus grand producteur de brut du continent africain, exportant deux millions de barils par jour. Pourtant la région du delta du Niger reste l’une des plus pauvres du pays.

 



[1] Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux

[2] Un baril: 42 gallons américains, ce qui équivaut à 159 litres environ (600.000 barils, soit 95,4 ML)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus