Le mystère des informations environnementales bulgares

Le 27 février 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Neno Dimov, au temps de sa slendeur.
Neno Dimov, au temps de sa slendeur.
Velislav Nikolov

La Bulgarie a envoyé un faux rapport sur sa gestion des sites Natura 2000 à l’Agence européenne de l’environnement.

 

L’environnement ne porte décidément pas chance au gouvernement bulgare. Début janvier, Neno Dimov démissionnait de son poste après une série de gardes à vue.

L’ex-ministre de l’environnement et de l’eau est soupçonné d’avoir organisé une pénurie d’eau potable (pour alimenter en eau des usines) à Pernik, petite ville situé à une vingtaine de km de Sofia. L’ancien responsable des Patriotes unis est également poursuivi dans le cadre d’une enquête sur un trafic de déchets entre l’Italie et la Bulgarie. Des entreprises liées à la Ndrangheta, la mafia napolitaine, auraient illégalement exporté des déchets italiens, avant de les mettre en décharge en Bulgarie. Sans que les autorités locales n’interviennent. Des informations révélées par Euractiv Bulgarie.

données extrapolées, voire inventées

Cette fois, c’est du réseau Natura 2000 dont il s’agit. Dans un autre article, Euractiv révèle que le rapport sur la gestion du réseau bulgare de sites Natura 2000 pour la période 2013-2018, que le gouvernement bulgare a récemment envoyé à l’Agence européenne de l’environnement, est un … faux. Selon notre confrère, la rédaction du rapport aurait été confiée au consultant Boris Karakushev, président de l’association bulgare des spécialistes des affaires publiques.

Dans un communiqué du 19 février, l’académie des sciences bulgare fustige les nombreuses erreurs contenues dans «l’évaluation de l'état des espèces et des habitats pour la période 2013-2018». Des statistiques locales ont été largement extrapolées. D’autres données ont été purement et simplement inventées, s’énervent les académiciens. Tout aussi étonnant : le montant du contrat accordé par le ministère de l’environnement et de l’eau à Envimon. Selon Euractiv, la société de consultance environnementale de Boris Karakushev a empoché 4,5 millions d’euros pour rédiger son opus. Qui a dit que la protection de l’environnement était incompatible avec les affaires?