Le mont Saint-Michel sera-t-il déclassé pour trois éoliennes ?

Le 10 janvier 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des associations anti-éoliennes [1] s’opposent au permis de construire d'un parc à proximité du mont Saint-Michel, peut-on lire dans un communiqué du 5 janvier.

Dénonçant un «  risque de mitage des paysages et des vues du mont Saint-Michel », elles craignent en outre que l’Unesco déclasse le fameux site de son patrimoine mondial.

Le permis de construire contesté a été accordé par la préfecture de la Manche en 2007 [2]. Il concerne la construction de trois éoliennes de 64 mètres de haut (99 m avec les pales), pour une puissance totale de 6,6 mégawatts, à Argouges (environ 15 km à l'intérieur des terres par rapport au mont Saint-Michel). La fédération Environnement durable (FED) a demandé l’annulation du permis devant la justice administrative, en raison de l’impact visuel du projet sur le site, classé depuis 1979 par l’Unesco. Mais elle a été déboutée en première instance et en appel. Ne se pourvoyant pas en cassation, le feu vert est normalement donné pour la construction.

Les associations basent leurs craintes sur les propos tenus par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco lors de son assemblée à Brasilia en septembre 2010. Le comité se déclare en effet «  préoccupé par l'impact potentiel des éoliennes sur le cadre paysager du bien », et demande à la France de donner «  des informations complètes, y compris sur la hauteur et l’emplacement des turbines, concernant les projets approuvés et ceux en instance d’approbation, et la délimitation des Zones de développement de l’éolien (ZDE), au Centre du patrimoine mondial, pour évaluation par les organisations consultatives ».

Un rapport de l’Etat devra être envoyé au Comité du patrimoine mondial d’ici le 1 er février 2011, indiquant les détails des évaluations d’impact réalisées sur les projets d’éoliennes «  en termes d’impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ».

La position des associations est critiquée par le Syndicat des énergies renouvelables (Ser) et sa branche éolienne, France Energie Eolienne, qui rappellent dans un communiqué du 10 janvier « qu’aucune éolienne d’aucun parc ne sera visible depuis le Mont Saint-Michel ». Le parc d’Argouges se situe le long d’une autoroute, et la taille des éoliennes a été réduite à la demande des services de l'Etat « pour qu’elles ne soient, en aucun cas, visibles depuis le Mont Saint-Michel ». Les professionnels respectent la valeur universelle de ce patrimoine naturel et historique unique, souligne le Ser.


[1] Association Environnement et paysage en Haute-Bretagne (AEPHB), le collectif Basse Normandie Environnement (BNE), la fédération Environnement durable (FED), Epaw (European Platform Against Windfarms)

[2] L’enquête publique s’est achevée mi décembre, et l’avis du commissaire-enquêteur devrait parvenir aux associations vers le 17 janvier 2011.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus