Le monde empoisonné de Dory

Le 20 juin 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une pêche dévastatrice pour poissons et coraux
Une pêche dévastatrice pour poissons et coraux

La moitié des poissons d’aquarium vendus aux Etats-Unis ont été capturés avec du cyanure, selon une étude réalisée par Haereticus environmental laboratory et publiée le 16 juin par les associations Center for biological diversity et For the fishes.

 

 

Ces travaux ont montré qu’environ 6 millions de poissons tropicaux vendus aux Etats-Unis présentaient des signes d’exposition au cyanure. Cela représente même 14 M d’individus si l’on compte également ceux qui ne sont pas commercialisés. Provoquant l’étourdissement et facilitant la capture, cet ion est utilisé pour la pêche illégale des poissons tropicaux, destinés à des aquariums publics et à des aquariophiles. Non sans effet. Dans plus de la moitié des cas, le poisson succombe trois semaines plus tard. Tout comme les récifs coralliens qui blanchissent immédiatement, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies.

L’étude montre que la demoiselle bleu-vert (Chromis viridis) est l’espèce la plus exposée au cyanure. Viennent ensuite la demoiselle bleue (Chrysiptera cyanea) et la demoiselle à trois taches (Dascyllus trimaculatus). Quant aux zones les plus menacées, il s’agit de l’Indonésie et des Philippines, où 80% des poissons d’aquarium importés aux Etats-Unis ont été pêchés. La pêche au cyanure y est d’ailleurs prohibée. Dans une moindre mesure, le Sri Lanka, la Thaïlande et Haïti sont aussi concernés par ce type de capture.

 

Sauvez Dory!

 

Cette étude est publiée au moment de la sortie en salles du film Le monde de Dory, le 22 juin en France. Produit par Disney, ce dessin animé conte les aventures d’un poisson-chirugien bleu (Paracanthurus hepatus). Les écologistes craignent qu’à cette occasion les ventes de cette vedette de l’aquariophilie n’explose. «La plupart des gens n’ont aucune idée des pratiques destructrices pour l’environnement auxquelles sont exposés ces poissons populaires. Nous leur demandons donc de s’abstenir d’acheter des poissons capturés à l’état sauvage», déclare René Umberger, de l’ONG For the fishes. Paracanthurus hepatus est la 13e espèce la plus exposée au cyanure.

Les deux associations, ainsi que la Humane society of the United States, ont lancé en mars dernier une pétition pour que le gouvernement américain mette un terme à ces importations illégales en faisant tester l’exposition de ces poissons au cyanure avant leur entrée sur le continent ou leur vente. De quoi inspirer une mobilisation similaire en Europe.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus