Le ministère de la santé programme la fin du perchlo dans les pressings

Le 20 avril 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mesure devrait faire le bonheur des pressings écolos.
La mesure devrait faire le bonheur des pressings écolos.

Les associations de victimes et de défense de l’environnement réclamaient depuis longtemps la fin du solvant cancérigène des pressings (voir JDLE).

Le ministère de l'écologie annonce, aujourd’hui 20 avril, que l'interdiction progressive du perchloréthylène des pressings, dont le projet d'arrêté a été mis en consultation fin 2011, devrait finalement  intervenir avant l'été.

Une victoire donc pour la délégation du Réseau environnement-santé (RES) et de l’Association des victimes des émanations de perchloroéthylène des pressings (ADVEPP), reçue la veille par le directeur général de la santé (DGS).

Au Danemark, le solvant utilisé pour le nettoyage à sec est interdit dans les nouvelles installations depuis 2003 et aux Etats-Unis depuis 2006. Il est classé comme cancérogène probable (2A) par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 1995. André Cicolella, porte-parole de RES, estime que les preuves du caractère cancérigène du solvant ont été apportées depuis des décennies. Le produit devrait d’ailleurs être totalement retiré du marché américain d’ici 2020.

La France compte actuellement environ 5.000 pressings dont 90% utilisent du «perchlo». 25.000 personnes travaillent dans ces installations classées soumises à déclaration.

Le projet d'arrêté prévoit donc l'interdiction de toute nouvelle installation fonctionnant au perchloroéthylène située dans des locaux contigus à des habitations. En outre, l'activité des pressings sera suspendue si la concentration de 1.250 µg/m3 recommandée par le Haut conseil de la santé publique est dépassée dans les appartements et locaux contigus aux pressings.

Les ministères de l'écologie et de la santé prévoient l'arrêt progressif des installations existantes selon l’échéancier suivant:

- au 1er janvier 2014, interdiction d'utiliser une machine au perchloroéthylène de plus de 15 ans;

- arrêt au 1er janvier 2018 des installations ne bénéficiant pas de la marque NF, une norme qui, selon le ministère, assure l'étanchéité des machines;

- arrêt au 1er janvier 2022 des installations de marque NF sauf à respecter certaines distances de rejet par rapport aux bâtiments voisins.

Les distances de rejet doivent être d'au moins trois mètres au-dessus des bâtiments situés dans un rayon de 15 mètres et huit mètres au-dessus de toute prise d'air neuf.

Ce projet d'arrêté a été soumis le 13 décembre 2011 à des associations et experts scientifiques, aux syndicats professionnels et aux ministères concernés, indique le ministère. Il sera disponible sur internet début mai, pour consultation du public. Le 29 mai, le Conseil supérieur des risques technologiques donnera son avis technique et l'arrêté sera soumis aussitôt à la signature du ministère de l'écologie. L’arrêté devrait être publié avant l’été, si le prochain gouvernement décide de le signer.

La sénatrice PS de l’Oise, Laurence Rossignol, s’est engagée aujourd’hui sur Twitter, si François Hollande gagne les prochaines élections, à signer cet arrêté.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus