Le ministère de la Défense britannique baisse la garde

Le 21 juillet 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Eskdalemuir n’est plus une zone interdite aux éoliennes. Comme prévu, le ministère britannique de la Défense (MOD) a levé l’interdiction de construire dans un rayon de 80 km autour du centre de détection des essais nucléaires souterrains de Eskdalemuir, dans le sud de l’Écosse. Désormais, des turbines montées sur des systèmes anti-sismiques pourront être élevées à plus de 10 km du site militaire. L’ouverture de cette zone ventée devrait permettre la mise en service d’environ 1 000 MW de nouvelles capacités. Le premier parc bénéficiaire de cette mesure devrait être celui de Crystal Rig (164 MW) qui a récemment reçu le feu vert du gouvernement. Seuls les problèmes d’interférences avec les ondes radar compliquent les relations entre les autorités militaires et les constructeurs de fermes éoliennes. Fort heureusement, un nouveau système de gestion du trafic aérien (l’Advanced Digital Tracker mis au point par BAE Systems) devrait permettre aux contrôleurs du ciel de ne plus confondre un champ de turbines avec un bombardier volant à basse altitude. Il devrait commencer d’être déployé l’an prochain. Depuis le 1er janvier 2004, l’armée britannique avait établi un périmètre de 80 kmautour de son centre de détection des essais nucléaires de Eskdalemuir, dans le sud de l’Ecosse l’une des plus ventée du Royaume-Uni. 40% des projets en cours entendent s’y installer.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus