Le métam-sodium interdit en France

Le 05 novembre 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un pesticide suspendu fin octobre
Un pesticide suspendu fin octobre
DR

Les produits à base du biocide métam-sodium vont être interdits en France, a annoncé lundi 5 novembre l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un communiqué.

Entre fin septembre et octobre, plusieurs épisodes d’intoxication au métam-sodium, puissant biocide d’usage agricole, sont survenus en France, notamment dans le Maine-et-Loire où ce produit est utilisé dans la culture de la mâche.

Utilisé avant culture pour «nettoyer» les sols des nématodes et des champignons, le métam-sodium est interdit au niveau européen, mais peut encore être utilisé par dérogation, par exemple sur la mâche et la tomate.

Rapport d’évaluation «fin novembre»

Suite aux épisodes d’intoxication, le gouvernement a annoncé fin octobre la suspension des autorisations de mise sur le marché (AMM) de ces produits, en l’attente des conclusions de travaux de l’Anses lancés en juillet. Celles-ci étaient attendues pour la fin de l’année, mais elles sont arrivées plus vite que prévu du fait des récents accidents, indique l’Anses, contactée par le JDLE.

Verdict: «après réévaluation, l’Anses conclut que l’ensemble de ces usages représente un risque pour la santé humaine et l’environnement», annonce-t-elle dans son communiqué. Les fabricants de ces produits, au nombre de cinq selon la base E-Phy, disposent de dix jours pour faire part de leurs observations à l’Anses. Le rapport d’évaluation devrait être rendu public «fin novembre».

Un autre rapport, de phytopharmacovigilance, sera publié «fin décembre, début janvier», portant spécifiquement sur les cas d’intoxication récemment survenus, a indiqué l’agence au JDLE. En tout, 70 cas (travailleurs agricoles, riverains) lui ont été signalés, dont 40 présentant des symptômes (irritations oculaires, gêne respiratoire, etc.), les 30 autres ayant seulement enduré une exposition au produit.

Près de 700 tonnes par an

«Bien qu’ils soient appliqués sur des petites surfaces en plein champ ou sous serre, ces produits nécessitent d'être utilisés en grandes quantités pour agir avec efficacité. Ainsi, la dose d’emploi est comprise entre 300 et 1.200 litres par hectare, ce qui représente près de 700 tonnes utilisées chaque année en France», indique l’Anses.

Saluant une «victoire», le directeur de l’association Générations futures, François Veillerette, juge qu’«il nous faudra rester très vigilant car le dossier n’est pas totalement clos, la substance restant homologuée au niveau européen [il est interdit, sauf dérogation, ndlr]. Si notre association salue cette décision, nous regrettons le temps perdu».

Beau début pour Ecophyto 2! Lors de sa première année pleine, à savoir 2017, l’utilisation de pesticides a légèrement progressé de 0,3%, soit 94,2 millions de Nodu (nombre de doses unités) contre 93,9 Nodu en 2016 –année où il était en baisse de 2,2%. Dans le détail, les chiffres, repérés par Les Echos dans un rapport soumis aux députés relatif au budget 2019 de l’agriculture, montrent une baisse de 6% de l’usage des pesticides cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR) de catégorie 1 («avérés»), mais une hausse de 6% des CMR de catégorie 2 («supposés»). L’objectif d’Ecophyto 2, qui tablait sur une baisse de 25% en 2020 puis de 50% en 2025, semble d’ores et déjà bien difficile à atteindre. Son prédécesseur, Ecophyto 1, avait même vu une progression annuelle de 5%.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus