Le métalaxyl reste interdit en Europe

Le 11 juillet 2005 par Charlotte Monégier
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le métalaxyl est un fongicide interdit à la commercialisation. Le 28 juin dernier, le Tribunal de première instance des Communautés européennes (TPICE), a rejeté la demande de la société espagnole Industrias Químicas del Vallés, productrice de métalaxyl, de revenir sur cette interdiction.


Industrias Químicas del Vallés est une société espagnole dont les activités comprennent la production et la commercialisation de produits phytopharmaceutiques, d'aliments pour animaux et de produits chimiques. Depuis février 1994, elle importe du métalaxyl en Espagne et commercialise des produits contenant cette substance active en Italie, en Espagne, en Grèce et au Portugal ainsi que dans plusieurs autres États. Le 28 juin dernier, le TPICE a rejeté sa demande d'annulation concernant l'interdiction de commercialiser et d'utiliser le métalaxyl en agriculture.

Le métalaxyl est un fongicide que l'on retrouve dans certains produits phytopharmaceutiques, plus communément appelés «pesticides». Cette substance active détruit les champignons parasites des végétaux et fut longtemps utilisée en agriculture pour préserver certaines récoltes. Mais elle est aujourd'hui interdite et n'apparaît donc pas à l'annexe I de la directive 91/414/CEE du Conseil, qui autorise la production, la vente et l'utilisation de certains produits phytosanitaires pour l'agriculture. Il s'agit d'un produit très toxique pour les cellules de l'homme et de l'animal, indique-t-on à l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Mais ce n'est pas pour des raisons de toxicité que cette société s'est vue déboutée de sa demande, «c'est parce que son dossier d'homologation européenne n'a pu être soutenu», avance Claire Morin, responsable de la communication de l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP). Pour qu'une telle substance soit autorisée au niveau européen il faut constituer un dossier important, contenant les expertises qui prouvent que le produit n'est pas dangereux, conformément aux conditions émises par la Commission européenne. La société espagnole n'a pu mener à bien son projet, faute de temps et de moyens financiers.

Tandis qu'elle échouait, l'entreprise française d'agroalimentaire Syngenta mettait au point un produit de substitution au métalaxyl, le méfénoxam ou métalaxyl-M. «Cette substance est un isomère actif du métalaxyl», explique François Massenot, responsable de la communication de Syngenta. «Suite à une purification de la substance basique, poursuit-il, les chercheurs de Syngenta ont pu conserver la seule partie active du produit d'origine pour le rendre moins toxique». Le méfénoxam est maintenant inscrit à l'annexe I de la directive 91/414/CEE du Conseil européen. Et François Massenot de conclure: «La société Industrias Químicas del Vallés n'avait aucune raison de poursuivre sa demande d'homologation, puisqu'un autre produit aux actions identiques à celles du métalaxyl était déjà sur le marché depuis le 15 juillet 2002, le nôtre.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus