Le mercure atmosphérique absorbé par la végétation

Le mercredi 04 avril 2018 à 17h 16 par Romain Loury
La moitié du mercure atmosphérique absorbé par les plantes
La moitié du mercure atmosphérique absorbé par les plantes

La végétation constitue une «pompe» à mercure atmosphérique, ce qui pourrait expliquer ses variations saisonnières, proches de celles du CO2, révèle une étude publiée lundi 2 avril dans Nature Geoscience.

 

Extrait : Du fait de rejets industriels et de la combustion de charbon, entre 2.000 et 3.000 tonnes de mercure sont émises chaque année. Or le taux atmosphérique de ce métal lourd oscille au fil de l’année, de la même manière que le CO2....

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus