Le «Medef» européen contre un marché de NOx et SO2

Le 02 août 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Business Europe, anciennement appelé Unice et équivalent européen du Medef, a publié, le 16 juillet, sa position sur la révision de la directive relative à la prévention et la réduction intégrées de la pollution, dite IPPC. Considérant la directive comme «un outil efficace pour réglementer les émissions industrielles», Business Europe estime toutefois nécessaire de la modifier en éliminant les lacunes constatées dans la phase de mise en oeuvre et en clarifiant les articulations entre la directive IPPC et les directives sectorielles.

Plus précisément, l'organisation patronale réclame un éclaircissement sur le rôle des Brefs, ces documents de référence qui établissent, par secteur d'activité, les meilleures techniques disponibles pour réduire la pollution.

Concernant les rejets d'oxydes d'azote (NOx) et de dioxyde de soufre (SO2), Business Europe se dit opposé à la création d'un système d'échange de quotas comparable à celui mis en place pour le CO2. C'est à la directive IPPC de permettre une réduction de la pollution par ces deux types de gaz, estime l'organisation: «A cause des effets régionaux que ces polluants produisent, un hypothétique marché pour les NOx et le SO2 ne résoudrait pas les problèmes environnementaux qu'ils peuvent créer. En outre, les conditions pour un marché libre et juste ne sont pas requises».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus