Le médecin du travail face à la dépression

Le 17 janvier 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Pour aider les médecins du travail qui peuvent être confrontés aux conséquences de la consommation de médicaments antidépresseurs (en constante augmentation) par leurs patients, l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a publié dans ses «Documents pour le médecin du travail» une étude bibliographique. Selon celle-ci, le médecin du travail se doit de gommer l'image sociale «péjorative» du déprimé auprès du collectif de travail. Il joue également un rôle essentiel lors de la réinsertion sur le lieu de travail, «particulièrement au moment de la reprise en cas d'arrêt».

D'un point de vue médicamenteux, le médecin doit évaluer les éventuels effets secondaires du traitement, notamment lorsque ce dernier implique des insomnies et que le travailleur utilise sa voiture.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus