Le marché mondial du carbone à la hausse

Le 31 mai 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La valeur du marché a progressé de 11% en 2011
La valeur du marché a progressé de 11% en 2011

Selon un rapport publié le 30 mai par la Banque mondiale, le marché du CO2 a progressé de 11% en 2011. Les transactions ont atteint 176 milliards de dollars (140 Md€) pour un volume record de 10,3 milliards de tonnes équivalent CO2 négociées.

Comment cette valeur a-t-elle pu augmenter alors que, crise économique oblige, le prix de la tonne de CO2 a chuté? En raison de la hausse des opérations de couverture et d’arbitrage, indique le rapport. Ce qui n’est pas forcément une assurance pour le climat.

Comme les années précédentes, le marché est tiré en majorité par le système d’échange européen (ETS), qui représente 148 Md$ (environ 120 Md€). Autre part notable: les crédits compensatoires du protocole de Kyoto ont connu une hausse de 43%. Ils sont désormais évalués à 23 Md$ (18,5 Md€).

«Il est rassurant de voir que malgré les difficultés que connaissent les économies nationales, un intérêt croissant est porté aux mécanismes de marché pour atténuer les effets du changement climatique à long terme» a affirmé Joëlle Chassard, directrice de l’Unité Finance Carbone de la Banque mondiale.

5 nouveaux Etats ont en effet adopté un système d’échange du CO2. Le parlement australien a adopté fin 2011 son Clean Energy Act, créant un système de plafonnement et d’échange qui couvrira, à partir de 2015, 60% des 600 millions de tonnes eq CO2 émises chaque année par le pays. En Californie et au Québec, le système va démarrer dès 2013. Enfin, au début du printemps 2012, le Mexique et la Corée ont jeté les bases de mécanismes similaires dans le cadre d’une loi générale sur le climat.

Pour Alexandre Kossoy, spécialiste des finances à l’Unité Carbone Finance, «ces initiatives vont entraîner d’importantes ressources qui permettront de réaliser des investissements à faible intensité carbone et de déclencher un véritable marché de transformation».

Mais si l’on se réfère à l’exemple européen, le surplus de quotas peut également devenir problématique. Les eurodéputés examinent d’ailleurs plusieurs moyens pour renchérir le prix de la tonne de CO2 (voir JDLE). Un prix qui a également dégringolé au niveau mondial à la fin de l’année dernière, notamment à cause de la seconde période d’engagement du protocole de Kyoto, pour laquelle le périmètre géographique est restreint et dans la perspective d’un nouvel accord international dont l’entrée en vigueur est reportée à 10 ans.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus