Le marché des quotas s’ouvrira-t-il à l’heure?

Le 23 décembre 2004 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Margot Wallström ne sera pas là en tant que commissaire européenne à l'environnement pour constater que ses promesses n'auront pas été tenues. Malgré les paroles rassurantes de la Commission européenne tout au long de cette année, 2004 se termine avec un air d'urgence.

Avec la COP 10 à Buenos Aires qui a monopolisé les médias, on aurait presque oublié que le système européen d'échanges des quotas d'émissions est censé démarrer le 1er janvier 2005. «Censé», car rien n'est moins sûr. Bruxelles a enfin adopté le 21 décembre son Règlement (de plus de 100 pages) sur le système européen de registres permettant les échanges de permis au sein du marché européen.

Cinq plans nationaux d'allocations des quotas (Pnaq) devaient être adoptés le lendemain (Lituanie, Hongrie, Malte, Chypre, Espagne) mais ils ne le seront en fin de compte que le 27 décembre. Quatre Etats membres restent donc sur le carreau pour cause de lenteur de leur administration : l'Ialie, la Pologne, la République Tchèque et la Grèce, qui Ô surprise, vient de publier son PNAQ. Dans sa première mouture de plan, Athènes prévoit d'allouer 70,6 millions de quotas à 139 sites industriels. A lui seul, le secteur énergétique grec devrait rafler plus de 73% des permis d'émissions. Ce qui correspond, à la tonne prêt, aux émissions de CO2 de DEI, l'électricien national.

Heureusement pour les autres pays membres, cela fait belle lurette que la Commission leur avait envoyé son futur Règlement sur les registres. Document qui a rencontré d'énormes problèmes de traduction. Pour ce qui est des logiciels en lice, il semblerait que la Commission préfère l'anglais (joliment baptisé Greta) au français (Seringas), bien qu'une récente démonstration du premier devant des futurs participants ait tourné court. De toute façon le logiciel de la Caisse des dépôts ne semble pas lui non plus fin prêt, pour des problèmes de sécurisation d'accès.

Le marché peut-il donc démarrer, si tout le monde n'est pas prêt? L'Allemagne et l'Autriche n'en peuvent plus de refaire les allocations (200 sites allemands n'ont toujours pas leurs quotas). Deux bourses électroniques (EEX et UKPX) ont reporté de quelques semaines l'ouverture des transactions. On sent une ambiance de veille des Jeux Olympiques 2004 à Bruxelles. Mais après tout, les JO d'Athènes se sont bien passés.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus