Le manque d’eau et de recyclage ont plombé les éco-activités en 2009

Le 04 mars 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En 2009, le chiffre d’affaires des éco-activités a atteint 64,4 milliards d’euros et le montant de leurs exportations s’est élevé à 4,4 milliards d’euros, selon un rapport de l’Observation et statistiques du Commissariat général au développement durable (CGDD) publié début mars.

Par «éco-activités» ou emplois «verts», il faut comprendre «les activités qui produisent des biens ou services ayant pour finalité la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles». Elles sont exercées pour l’essentiel par des entreprises marchandes mais aussi par des administrations publiques. Elles incluent les activités de protection de l’environnement internes aux entreprises, les activités dites auxiliaires et qui ne font pas l’objet d’une vente, mais d’une dépense.

Le rapport note que la production des éco-activités est en baisse de 3,4% par rapport à 2008.

«Cette baisse résulte principalement d’une diminution de la production d’énergie hydraulique due aux conditions climatiques», d’une part et «d’une réduction de plus de 20% en valeur courante du chiffre d’affaires des entreprises du domaine de la récupération», d’autre part. En effet, la baisse des volumes collectés et des volumes produits, combinée à une forte chute du prix des matières premières secondaires a conduit à une baisse significative de l’activité des entreprises de la branche. Hors hydraulique et récupération, la production a globalement stagné en 2009.

Plus précisément, dans le domaine de la maîtrise de l’énergie, «le recul de la demande de matériaux d’isolation, engendré par un léger repli des travaux d’isolation a également induit une diminution de l’activité industrielle», soit -1.200 emplois. Pour les énergies renouvelables, l’emploi a augmenté globalement mais les évolutions sont variées: «l’emploi dans la fabrication industrielle d’équipements pour la production d’énergie renouvelable a diminué, notamment l’emploi dans la fabrication de pompes à chaleur, l’emploi lié à l’installation des systèmes de production d’énergie renouvelable, principalement l’installation de panneaux photovoltaïques, a continué d’augmenter». Enfin, en matière d’agriculture biologique, les conversions ont fortement augmenté.

De manière générale, le secteur des éco-activités reste dynamique, notamment en termes d’emplois. «Les éco-activités ont mobilisé 427.100[1] emplois en équivalent temps plein, en hausse de 0,7 % par rapport à 2008, malgré la récession.» C’est moins que les années précédentes, le rythme annuel moyen s’établissant à 2,9% entre 2004 et 2009. Mais c’est mieux que dans l’ensemble de l’économie, l’emploi total ayant diminué de 1,2%, rappelle le CGDD.

En ce qui concerne la balance commerciale, celle-ci a été excédentaire de 750 millions d’euros en 2009. Néanmoins, en 2009 les importations ont diminué beaucoup moins rapidement que les exportations et l’excédent commercial s’est réduit.



[1] dont 305 500 dans les éco-activités marchandes des entreprises



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus