Le Luxembourg interdit le Mon 810

Le 25 mars 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Après l’Autriche, la Hongrie, la Grèce et la France, c’est au Luxembourg d’interdire la mise en culture du maïs génétiquement modifié de Monsanto, le Mon 810. Un arrêté entré en vigueur mardi 24 mars et signé par le ministre de la santé, Mars Di Bartolomeo, prévoit «d’interdire provisoirement» la culture de cet OGM.
Le ministre a déclaré à l’AFP que sa décision est «basée sur des faits nouveaux publiés en 2008 et 2009 ne permettant pas de conclure à une totale absence d'innocuité du Mon 810 et [qu’elle] est motivée par des arguments scientifiques, écologiques et politiques». Elle va également dans le sens de la population luxembourgeoise puisque 83% des sondés se sont dits opposés à la présence d’OGM dans leurs assiettes.

Dans un communiqué, Greenpeace a félicité «le gouvernement luxembourgeois pour cette décision historique. A un moment où la Commission européenne a proposé de lever les interdictions nationales sur le Mon 810 de la France et de la Grèce, la décision du Luxembourg est un signe politique fort», estime l’association.

Le Mon 810 est actuellement le seul OGM dont la commercialisation est autorisée par l’Europe. Le renouvellement de cette autorisation est en cours d’évaluation, et l’Efsa (l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments) a demandé à Monsanto des informations supplémentaires concernant l’impact environnemental du produit. Pour mémoire, les ministres de l’environnement de l’UE ont retoqué le 2 mars les propositions de la Commission visant à contraindre l’Autriche et la Hongrie à lever leurs interdictions (1).

(1) Dans le JDLE «OGM: la Commission désavouée par 22 pays»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus