Le littoral continue de s’artificialiser

Le 16 octobre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Quelques jours après que Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre et secrétaire d'Etat chargés de l'écologie, ont transmis au Parlement un rapport sur la loi Littoral (1), l'Institut français de l'environnement (Ifen) révèle un niveau d'artificialisation du littoral «souvent élevé» et qui a «beaucoup augmenté ces dernières années». Ainsi, dans son 4-pages du mois d'octobre, il montre que l'extension du tissu urbain, des zones industrielles et des réseaux de communication, ainsi que des espaces verts et de loisirs s'est faite au détriment des terres agricoles et des espaces naturels.

Selon le document, les zones urbanisées représentent 9,8% du territoire des communes du littoral contre 4% dans l'arrière-pays et 3,7% en métropole. Les paysages traditionnels de bord de mer sont modifiés par le «mitage», c'est-à-dire le morcellement de l'espace par de nouvelles constructions.

Les côtes du Nord, des Alpes-Maritimes et des Pyrénées-Atlantiques ont un taux d'artificialisation supérieur à 30%. Les littoraux de la Somme et de l'Hérault présentent une prédominance des terres agricoles, alors que les côtes de Corse ou encore du Var se distinguent par une forte présence de milieux naturels ouverts (pelouses naturelles, landes, garrigues, dunes…) et de forêts.



(1) Voir l'article du JDLE «Loi Littoral: le bilan ne fait pas l'unanimité»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus