Le label bio exige un étourdissement avant l’abattage

Le 26 février 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Etourdissement obligatoire en bio selon la Cour de justice de l'Union européenne
Etourdissement obligatoire en bio selon la Cour de justice de l'Union européenne
L214

 

La Cour de justice de l’UE précise, dans un arrêt rendu ce 26 février, que l’étourdissement à l’abattoir est nécessaire pour obtenir le label européen de l’agriculture biologique.

Le logo européen d’agriculture biologique (AB) doit viser les normes les plus élevées de bien-être animal, dans tous les lieux et à tous les stades de la production. C’est ce que rappellent les magistrats européens, qui ont été saisis d’un recours préjudiciel par la Cour administrative d’appel de Versailles. L’association française Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (Oaba) contestait, auprès du ministère de l’agriculture, la mention AB pour des steaks hachés de bœuf certifiés halal issus d’animaux abattus sans étourdissement préalable. Elle avait été déboutée par le tribunal administratif.

 

Manque de pratique

Dans un audit publié en novembre dernier, la Cour des comptes européenne affirmait déjà que l’étourdissement était trop peu pratiqué dans les abattoirs européens, qu’il s’agisse de viande bio ou non. Entre les lignes, elle demandait aussi à la Commission européenne de corriger le tir au nom du bien-être animal.

 

Souffrances réduites

En attendant la réaction de Bruxelles, les producteurs bio devront tous s’y plier. «L’étourdissement est en effet nécessaire pour provoquer chez l’animal un état d’inconscience et de perte de sensibilité de nature à réduire considérablement ses souffrances», écrit la CJUE.

 

Un droit européen

Selon la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab), la position de l’Oaba a été soutenue, à la Cour de Luxembourg, par la Grèce, la Norvège et la Commission européenne. Jean-Pierre Kieffer, président de l’association, se félicite que le bien-être animal ne soit pas seulement «un élément de marketing ou de langage ministériel» mais «une notion juridique protégée par le droit européen».

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus