Le jus d’orange surveillé par la FDA

Le 25 janvier 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Food and Drug Administration (FDA) a accru sa vigilance sur le jus d’orange importé, après s’être fait signaler la présence d’un fongicide interdit, le carbendazime, dans des produits brésiliens.
 
Si le carbendazime est interdit aux Etats-Unis, il demeure autorisé dans plusieurs pays qui lui vendent du jus d’orange, au premier rang desquels le Brésil et le Mexique. Selon la FDA, la production nationale US d’agrumes serait suffisante pour que le pays subvienne à trois quarts de ses besoins, le Brésil en produisant 11%.
 
Fin décembre dernier, Coca-Cola, propriétaire de la marque Minute Maid, a signalé à l’agence la présence de traces de carbendazime dans du jus d’orange récemment acheté au Brésil, allant jusqu’à 35 parties par milliard (35 ppb).
 
Dans un courrier envoyé début janvier à la Juice Products Association, qui regroupe les fabricants américains de jus de fruit, l’agence indique qu’elle retirera du marché tout produit contenant des niveaux supérieurs à la dose posant un risque sanitaire. Un seuil que l’agence de protection de l’environnement (EPA) a fixé à 80 ppb.
 
Elle prévoit par ailleurs de refuser l’entrée au sol américain à toute cargaison s’avérant positive au carbendazime. Selon un dernier bilan, publié le 20 janvier, 19 des 46 échantillons saisis à l’entrée des Etats-Unis ont été analysés, tous s’avérant négatifs. La plupart provenaient du Canada et du Mexique, mais aucun du Brésil.
 
L’Union européenne, qui interdit aussi l’usage du carbendazime, assure être vigilante, même si elle se contente pour l’instant d’observer les examens de la FDA. Sa tolérance vis-à-vis du fongicide est plus élevée qu’aux Etats-Unis, avec une limite maximale de 200 ppb.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus