Le Japon redémarrera peu de réacteurs

Le 02 septembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sendai 1, de nouveau à l'arrêt.
Sendai 1, de nouveau à l'arrêt.
DR

 

Les exploitants de centrales nucléaires japonaises se font du mouron. Et cela va continuer. Quatre ans après la catastrophe de Fukushima, un seul réacteur a été autorisé à produire. Le 11 août, Kepco a redémarré la tranche 1 de sa centrale de Sendai. Une opération interrompue 10 jours plus tard après la mise hors circuit d’une pompe du circuit secondaire. L’atome nippon est de nouveau à l’arrêt. Et pourrait le rester encore longtemps.

7 tranches pas plus

Pour le moment, l’autorité de sûreté nucléaire japonaise (NRA) a reçu des demandes de redémarrage pour 24 réacteurs[1]. Les électriciens espéraient pouvoir en remettre en service une quinzaine d’ici 2016. Le projet semble désormais compromis.

Selon l’analyse par Reuters des données publiées par la NRA, seules 7 tranches pourraient relativement rapidement sortir de leur cocon. Une dizaine semble, en revanche, appelées à fermer définitivement, notamment pour des risques d’ordre sismique. Le sort de 26 réacteurs reste incertain.

forte hausse des émissions de CO2

Pour pallier l’absence du parc nucléaire, qui produisait jusqu’à 2011 le tiers des électrons nippons, les électriciens font massivement appel aux énergies fossiles (gaz, fioul et charbon). Leur importation croissante a alourdi de 40 milliards de dollars (35,6 Md€) le montant de la facture énergétique nationale et accru de 56% les coûts de production d’électricité entre 2011 et 2012. Sans compter le bilan carbone. En 2012, le secteur électrique émettait 486 millions de tonnes de CO2: 30% de plus que l’année précédant la catastrophe de Fukushima.



[1] Le parc nippon compte 43 réacteurs encore opérationnels.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus