Le Japon arrête sa dernière centrale nucléaire

Le 04 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale de Tomari sur l'île de Hokkaïdo
La centrale de Tomari sur l'île de Hokkaïdo

Samedi 5 mai, le Japon va stopper son dernier réacteur nucléaire, pour maintenance. Avant la catastrophe de Fukushima, l’archipel nippon disposait de 54 réacteurs.

Le Japon sera donc sans énergie nucléaire à partir de demain lorsque le dernier réacteur en service, celui de la centrale de Tomari, dans l’île de Hokkaïdo (extrême nord), sera arrêté pour un entretien de routine. Pour les opérateurs électriques du pays, la situation est intenable et ils demandent le redémarrage de leurs réacteurs pour éviter la pénurie de courant pendant l'été.

«Les agents de la centrale devraient actionner la barre de contrôle du réacteur 3, samedi vers 17H00, heure locale, pour une extinction complète prévue dans la soirée», précise un porte-parole de l'électricien régional Hokkaido Electric Power Co.

Le travail de maintenance devrait prendre un peu plus de 70 jours, au terme duquel l'opérateur espère pouvoir redémarrer le réacteur.
Mais cette hypothèse reste très incertaine. Aucun des réacteurs arrêtés pour inspection après le désastre de la centrale de Fukushima, dont 4 des 6 réacteurs ont été saccagés par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, n'a été relancé depuis.

Avant l'accident, le Japon disposait d'une capacité de production nucléaire couvrant de 25 à 30% de ses besoins en électricité. Une douzaine d'unités ont été stoppées sine die et toutes celles qui étaient déjà arrêtées, ou ont été mises en maintenance depuis, n'ont pas pu redémarrer en raison des nouvelles conditions de sécurité imposées.

La vitesse à laquelle les Japonais ont cessé la production d’énergie nucléaire est étonnante. Poussées par l’opinion publique, de plus en plus défavorable au nucléaire, les autorités nippones n’ont eu d’autre choix que de diversifier leur production électrique. Les Japonais ont donc recours aux centrales à charbon, mais ils misent également beaucoup sur les économies d’énergie. Ils ont réduit drastiquement l’utilisation des climatiseurs pendant l’été nippon connu pour être très chaud. A Tokyo, par exemple, la consommation électrique a diminué de 18% en période de pointe, en août. Les économies d’énergie individuelles ont permis au total de réduire de 17% la consommation électrique.

Autre choix énergétique, le développement des énergies renouvelables. Le Japon a ainsi installé 1.000 mégawatts de panneaux photovoltaïques en 2011 et a fait voter une nouvelle loi favorisant le doublement de la production d’énergies renouvelables. D’ailleurs, 20 gigawatts d’énergie solaire et éolienne pourraient être installés d’ici 2014, selon certains analystes.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus