Le Havre Port 2000: un projet environnemental

Le 30 mars 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Port 2000
Port 2000

Au terme de 5 années de travaux, l’extension du port du Havre est officiellement inaugurée aujourd’hui, 30 mars, par le ministre chargé des transports, Dominique Perben. Chantier colossal, le projet «Port 2000» s’impose comme un modèle de concertation pour la protection de l’environnement.

Au large de Honfleur, on peut désormais apercevoir une île artificielle de 320 mètres (m) de long sur 200 m de large. Conçu pour accueillir les oiseaux marins, cet îlot de 5 hectares est le fruit d'une étroite concertation entre les directions régionales de l'environnement (Diren) de Haute et Basse-Normandie et le groupe ornithologique normand. Il fait partie des «mesures compensatoires et d'accompagnement» adoptées pour préserver les fonctions environnementales de l'estuaire.»

«Dès le début du projet, un plan de gestion globale a été mis en place afin de concilier les fonctions naturelles et le développement économique de l'estuaire», explique Pierre Crenn, représentant de la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire) de Haute-Normandie. Parallèlement, plusieurs instances de contrôle et de suivi (conseil de l'estuaire, conseil scientifique et technique, comités de suivi) ont été créées pour renforcer l'efficacité du programme environnemental lié à Port 2000.

Au total, le projet aura coûté plus de 1,1 milliard d'euros (1). Une enveloppe de 46 millions d'euros avait été définie, dès le départ, par les ministères de tutelle pour le volet environnement. «Mais on a largement dépassé le compte», souligne Geneviève Freger, chargée de l'information et de l'accompagnement environnemental de Port 2000 au sein du Port autonome du Havre (PAH). Ainsi, en dehors de la réhabilitation des vasières (2) (22 millions d'euros), de la préservation et de la gestion écologique d'un espace naturel préservé, de l'aménagement de plusieurs lieux de repos pour les oiseaux (reposoir sur dune, nouvelle île, reposoir sur banc herbeux), de la création d'une plage à vocation écologique et de nombreuses autres mesures préventives ou compensatoires, le budget environnement comptabilise aujourd'hui une multitude de projets qui n'avaient pas été inclus au départ: installation d'un écran entre les terminaux portuaires et les activités riveraines (5,4 millions d'euros), collecte et traitement des eaux pluviales des terre-pleins (1,5 million d'euros) ou encore dragage d'accompagnement pour éviter l'érosion dans l'estuaire (28 millions d'euros). «Le Port du Havre a même dépensé 1,2 million d'euros pour la recherche de vestiges archéologiques, explique Geneviève Freger, ce qui a permis de retrouver une épave de navire du XVIIe siècle et 3 canons des XVIIe et XVIe siècles.»

Pour les projets techniques (construction de l'îlot reposoir ou des vasières), le Port du Havre, en tant que maître d'ouvrage du chantier, a fait appel aux compétences techniques d'entreprises spécialisées (Sodranord, Sogreah…). Quant à l'expertise écologique et scientifique, elle a été en grande partie assurée par la Maison de l'estuaire, association chargée de la gestion de la réserve naturelle au sein de laquelle se situe le port. «Nous avons été le partenaire incontournable du Port du Havre pour la définition des aménagements», souligne Jérôme Dumont, directeur de la Maison de l'estuaire. «Aujourd'hui, ce que nous demandons, c'est que le Port du Havre assure la maintenance écologique du site comme il en assure la maintenance technique.» En effet, maintenant que les nouvelles infrastructures sont installées (3), il convient de ne pas perdre de vue la donne environnementale. Pour ce faire, les exploitants seront contraints de respecter un cahier des charges précis en matière de gestion des déchets, eaux usées, sécurité incendie… Par ailleurs, la Maison de l'estuaire assurera un suivi écologique du site pour étudier, notamment, comment s'effectue le repeuplement ornithologique de la zone. De même, le Port autonome du Havre a d'ores et déjà prévu des campagnes de suivi de la courantologie ou du peuplement benthique (4). Le tout dans un contexte d'évolution permanente puisque le projet du Port 2020 est déjà sur la table… concurrence oblige.

(1) La plus grande part du financement (41%) a été supportée par le Port autonome du Havre. Le reste a été apporté par les opérateurs privés (26%), l'Etat (18%), la région Haute-Normandie (5%), le département de la Seine-Maritime (5%) et l'Europe (4% - fonds Federe).

(2) Accumulation sous-marine de particules fines constitutives des vases littorales, soit au large (= vasière au large), soit sur l'estran (= vasière nue ou slikke).

(3) Elles permettront de gérer d'ici quelques années un volume de 6 millions de boîtes.

(4) Benthique: adjectif qui qualifie l'interface eau-sédiment (= interface eau-lithosphère) d'un écosystème aquatique.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus