Le hamster devient une cible politique

Le 12 septembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La population de hamster a chuté en un an
La population de hamster a chuté en un an

Un projet de plan national d’actions (2012-2016) en faveur du hamster commun est mis en consultation jusqu’au 1er octobre sur le site du ministère de l’écologie. Il vise à mettre la France en conformité avec les directives européennes Habitats et Oiseaux, Paris s’étant fait condamner par la Cour de justice de l’Union européenne le 9 juin 2011 pour manquement à ses obligations en matière de conservation du rongeur (voir JDLE). Certains élus alsaciens UMP y ont pourtant vu une provocation socialiste…

Le hamster commun (Cricetus cricetus), aussi appelé grand hamster et hamster d’Europe, est présent dans l’Hexagone au sein de la seule région alsacienne. Son aire de répartition et sa population ont particulièrement régressé depuis la fin des années 1990, à cause de la disparition des habitats (assolements, remplacement des surfaces de fourrages comme la luzerne par une culture intensive du maïs fortement imprégnée de produits phytosanitaires, projets d’aménagement du territoire) et de la hausse des pièges. Le hamster a été classé comme «une espèce strictement protégée» par la convention de Berne (1990) que Paris a ratifiée. La Directive Habitats-Faune-Flore, en vigueur en France depuis 1993, précise quant à elle les obligations de protection du hamster commun: interdiction de le détruire, lui et ses habitats. Enfin, le rongeur est protégé par un arrêté ministériel de 2007 sur les mammifères terrestres.

Le nouveau projet de plan national d’actions comporte trois volets: un état des lieux des données sur l’espèce et ses habitats, la stratégie de conservation à long terme, et la liste des actions envisagées pour sa protection, sa restauration, et sa connaissance.

Selon les statistiques de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), l’espèce régresse de manière inquiétante. Le nombre de terriers a en effet augmenté en France entre 2009 (346) et 2011 (460) mais a chuté en 2012 (309). Le hamster n’est plus présent que dans 19 communes (contre 23 en 2011), ce qui confirme sa fragilité.

De façon plus surprenante, le rongeur fait l’objet de critiques d’élus UMP des communes où il est présent. Ceux-ci visent en effet un arrêté du 6 août dernier qui précise les dérogations possibles aux mesures de conservation (un rayon de 600 mètres est fixé autour d’un terrier connu), prises par le ministre de l’écologie après avis du Conseil national de protection de la nature.

Après analyse, ce texte suit à la lettre les préconisations de la Cour de Luxembourg pour éviter une nouvelle procédure communautaire et reprend les termes de l’accord-cadre signé en novembre 2008 entre l’Etat et les conseils généraux d’Alsace et appliqué depuis lors, comme le rappelle l’édition du jour des Dernières nouvelles d’Alsace. Rien de nouveau donc sous le soleil du hamster.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/uploads/tinyMCE/les-consultations-publiques-du-ministere-du-developpement-durable/pna-hamster/pna-cricetus.pdf

http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/pdf/Bilan_Comptage_ONCFS_2012.pdf



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus